27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 15:06

FirenzeFirenze. Avec l'aide des bonnes cartes, je vais réussir à remplir les trois commandes spéciales en plus d'autres dans les tours où il n'y en a pas dans le but de rafler un maximum de majorités. La deuxième se trouve sur la tour mauve et elle n'est pas évidente à faire car c'est la couleur la plus rare et que mon père joue une carte qui me ralentit.

Pendant ce temps, il réalise des commandes de hautes valeurs dans les tours blanches et jaunes, emportant les bonus pour la première réalisation de contrat dans une hauteur donnée.

Le quatrième contrat spécial est sur la tour jaune au tout dernier étage. Je décide de ne pas m'en charger et au contraire d'accélérer la partie en honorant des petits contrats, parfois deux sur le même tour grâce à un Architecte qui permet d'évaluer ses tours comme ayant un étage de plus ou de moins.) Cette accélération me donne en plus de nouvelles majorités avec quatre tours sur six, sans oublier le bonus de 5 points pour qui termine la partie.

Maintenant que les effets des cartes sont parfaitement assimilés et que l'on a compris comment modifier le rythme de la partie, c'est encore meilleur. Voilà tout l'intérêt de laisser plusieurs parties à un jeu pour se rendre compte de sa profondeur et voir s'il nous plaît. Même si dans notre cas, on l'a apprécié dès la première.

 

1 Laurent 73
2 Fernand 51

 

TournayTournay. Grâce à une ligne de mon quartier, je vais organiser le reste de ma stratégie. Tout d'abord, un Évêque (1) qui promet de belles combinaisons. Ensuite, je pose un Hôpital (2) à sa droite et à l'opposé, un Prieur (3.). Cette ligne me procure de l'argent et de la rejouabilité pour mes habitants. C'est surtout puissant que je peux acheter un habitant blanc adverse pour relever tous les miens sans être obligé de choisir l'action Rassembler.

En tentant de chercher des cartes rouges pour lutter contre les évènements, je me retrouve avec un Arsenal (4) que je vais utiliser à deux reprises pour garder le Pont des Trous (5) et la Tour d'Arras (6.)

Pour gagner encore plus d'argent, un Péage (7) posé en seconde moitié de partie est idéal avec des rentrées qui vont de six à neuf deniers au gré des activations successives.

Lorsque je pose mon deuxième bâtiment de prestige, il n'en a aucun et il n'aura pas le temps d'en piocher et poser un car ses habitants ne sont pas disponibles. De mon côté je vais piocher en niveau III blanc grâce à son tout dernier habitant debout sur sa place pour conserver et poser La Madeleine (8) en dernière carte.

 

Petit lexique :

(1) Évêque I. Rassemblez les habitants après avoir activé un bât. blanc.

(2) Hôpital I. Gagnez 4 deniers.

(3) Prieur I. Activer un bât. blanc rapporte deux deniers.

(4) Arsenal II. Piochez dans la pile rouge de niveau III.

   

(5) Pont des Trous III. 3PPs/1PP par lot d'hab. des trois couleurs.

(6) Tour d'Arras III. 2PPs/1PP par bât. blanc ou jaune.

(7) Péage II. Gagnez 1 denier par case occupée.

(8) La Madeleine III. 2PPs/1PP par bât. de prestige.

 

  Laurent Fernand
Quartier 6 7
Remparts 0 2
La Madeleine 6 0
Pont des Trous 6 2
Tour d'Arras 6 1
TOTAL 24 12

Partager cet article

Repost0
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 20:46

Une soirée chez mes parents et deux parties jouées avec mon père. Ce qu'on aime pour l'instant, c'est Firenze parce qu'on a bien aimé les autres jeux de son auteur et que même si celui-ci est le plus simple de tous, il est très agréable quand même. L'autre jeu quasi-obligatoire du moment, c'est Tournay parce qu'on a bien aimé Troyes et que même s'ils sont complètement différents, ils ont un point commun : ils sont terribles. Ouais, terribles.

 

FirenzeFirenze. Je pensais avoir pris le contrôle de la partie après avoir rempli la premier contrat spécial mais il s'est avéré que ce n'était pas du tout le cas. On s'est maintenant habitués aux effets des cartes et les choix de celles-ci se font de manières plus réfléchie, avec toujours une petite idée derrière la tête. Mon père va s'en servir pour me priver d'une couleur, et surtout il va abuser des Maçons qui permettent de réduire les coûts de construction de 3 briques pour un tour de jeu.

Lorsque je me m'approche de la réalisation du deuxième contrat spécial dans la tour bleue, il accèlère la construction de la sienne après m'avoir échangé avec un Contrebandier la seule pierre bleue qui me reste. Il empoche les points, plus le bonus de la première réalisation pour ce niveau d'étage. Et je me retrouve avec un tour de cinq étages inutile car le niveau suivant est condamné par un sceau neutre et qu'il n'y a pas une seule brique bleue présente sur les cartes que j'aurais pu éventuellement prendre en faisant un échange.

Les troisième et quatrième contrats spéciaux vont également m'échapper sans que je puisse y faire quelque chose et je vais me contenter de construire des tours de petite hauteur dans les couleurs les plus rares pour tenter de ravir les points de majorité attribués en fin de partie.

Avec un Entrepôt qui lui permet de garder jusqu'à quinze briques et l'utilisation régulière des Maçons, il continue à construire des tours de belle hauteur et l'écart se creuse de plus en plus. De mon côté, je suis trop court pour m'offrir le luxe de choisir la carte que je veux et je dois souvent faire un choix par défaut.

Pour tenter de réduire un peu l'écart, je planifie de finalement faire l'acquisition de la première carte que personne ne veut et qui est là depuis très longtemps : une Disgrâce (-3PP en fin de partie) sur laquelle se trouve 16 briques. Mais c'est un peu tard, car il le fait avant moi et avec son stock énorme, il continue la construction de deux tours de belle taille en posant six nouvelles briques. Ces tours vont être dans des couleurs pour lesquelles je perds la majorité et les 5PP donnés à celui qui termine la partie sont pour lui aussi.

— "J'ai vite compris le truc pour ce jeu, non ?"

— "Ça, tu peux le dire…"

 

1 Fernand 91
2 Laurent 56

 

TournayTournay. Je vais commencer par piocher dans la pile rouge de niveau II dans l'espoir de trouver un Avoué (1) ou un Percepteur (2). Je mets la main sur le deuxième que je vais associer dans la même colonne à un Marché I (3) et pour assurer des revenus conséquents, sur la même ligne que le Marché un Prêtre II (4) a été très efficace.

Une fois que l'argent est abondant, je me décide de chercher après Saint-Brice (5) ou le Beffroi (6), voire les deux puisque j'ai une carte de chaque couleur et qu'il me sera facile d'avoir une seconde série. Saint-Brice sera pioché dès la première action de pioche de niveau III et dans mes recherches infructueuses du Beffroi, j'ai mis la main sur l'Hôtel des monnaies (7) qui fera un excellent remplaçant.

Dans les derniers tours de jeu, je complète mon moteur à deniers avec un Marché II (8) qui vient sous le Percepteur et sous le premier Marché. Encore plus d'argent pour plus de PP avec l'Hôtel des monnaies, d'autant plus que mon père ne finira pas la partie avec quatre deniers et moi avec 24, ce qui me fera marquer un différentiel de 12 PP, le maximum possible.

 

Petit lexique :

(1) Avoué II : Placer un bâtiment jaune ou blanc —> 3 deniers.

(2) Percepteur II : Activer un bâtiment jaune —> 3 deniers.

(3) Marché I : 5 deniers.

(4) Prêtre II : Chaque carte peut-être activée deux fois.

   

(5) Saint-Brice : 4PPs/2PPs par lot de cartes des trois couleurs.

(6) Beffroi : 4PPs/2PPs par lot de cartes des trois couleurs.

(7) Hôtel des monnaies : 2PPs/1PP par tranche de 4 deniers.

(8) Marché II : 6 deniers.

 

  Laurent Fernand
Quartier 8 8
Remparts 1 3
Hôtel des Monnaies 12 0
Tour des Six 2 2
Saint-Quentin 2 6
Saint-Brice 8 2
Pont des Trous 2 6
TOTAL 35 27

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 16:32

FirenzeFirenze. Je vais commencer par essayer de remplir les deux premières commandes spéciales, ce que je vais faire avec succès mais pendant ce temps mon père fait plusieurs commandes classiques en jaune et blanc. Ces deux couleurs sont les plus fréquentes et il réalise deux grosses commandes, qui avec les bonus associés le placent devant moi.

Plus tard, je continue à remplir des commandes, mais plus humbles histoire de rassembler un maximum de majorités dans les tours. Accessoirement je collecte plusieurs cartes festivités que je ne peux pas défausser mais ça ne pose pas de problème puisque j'ai en entrepôt (pas de limite de cartes.) Ces cartes me donneront quand même cinq Points de Prestige au total.

Il reste trois sceaux à mon père et il se constitue deux tours de belle hauteur qui vont lui rapporter beaucoup trop de PP. Il ne me reste qu'un seul sceau et avec l'aide d'un Architecte qui permet d'évaluer une tour soit de +1 ou de -1 étage, je remplis un tout petit contrat de 3 avec une tour de deux étages. Cela met fin dans l'urgence à la partie et je gagne le bonus de 5PP pour ça. Sans cela, mon père aurait été loin devant.

 

1 Laurent 77
2 Fernand 74

 

Tournay-banniere-titreTournay. Avec cette nouvelle partie, j'ai bien profité de la puissance de l'Échevin (II) qui m'a donné 4 deniers à chaque pose d'un autre personnage. Dans la même ligne, j'ai posé un Évêque et un Percepteur (I) dans la même colonne.

J'ai posé Saint-Nicolas (3PPs/1PP par lot d'habitants des trois couleurs) sans chercher à recruter plus car cette carte apporte déjà un différentiel de 4 PPs. J'ai par contre recruté uniquement un habitant jaune pour marquer 2 PPs de plus avec l'Hôtel de Ville (2PPs/1PP par habitant jaune.) Mon dernier bâtiment de prestige est Saint-Brice (4PPs/2PPs par lot de bâtiments des trois couleurs) que je n'ai pas réussi à rentabiliser car il a donné autant de PPs aux deux joueurs.

 

  Laurent Fernand
Quartier 9 7
Remparts 1 2
Halle aux Draps 3 4
Hôtel de Ville 6 2
Saint-Brice 4 4
Saint-Nicolas 6 2
Tour d'Arras 3 6
TOTAL 32 27

 

Tournay• Deuxième partie. Incité par la présence d'un évènement positif, la Procession (+2 deniers pour le majoritaire en blanc), je pose une majorité de cartes blanches. Je gagne beaucoup d'argent grâce au début avec une Ferme (+1 denier par espace libre) que je vais remplacer par un Péage (+1 denier par espace occupé) quand le premier devenu sera inutile. Sur la même ligne, j'ai un Prêtre (II) qui me permet d'activer mon Péage même s'il est occupé.

Pour la pioche, j'ai une Bibliothèque (II) (Ajouter les deux cartes d'une pile de niveau II) et un Évêché (Pioche dans la pile blanche de niveau III.) Après avoir pioché Saint-Jacques (2PPs/1PP par bâtiment et habitant blanc), je vais renforcer ma spécialisation en blanc avec la pose d'un Monastère (II) pour recruter un habitant blanc. Ce qui est parfait pour Saint-Quentin (2PPs/1PP par habitant blanc) que je pose pour remplir les conditions de fin de partie.

Mais je réserve une dernière surprise à mon père car la carte que j'ai le droit de poser face cachée n'est rien de moins que la Cathédrale qui donne 8 PPs rien que pour moi. Ça fait plaisir !

 

  Laurent Fernand
Quartier 5 5
Remparts 0 2
Halle aux Draps 1 2
Cathédrale 8 0
Saint-Quentin 6 3
Saint-Jacques 10 1
Porte de la Vigne 2 6
TOTAL 32 19

 

TroyesTroyes. Ça commençait à faire un petit temps que je n'y avais plus joué. Je ne vais pas dire que c'est à cause de Tournay, mais c'est tout comme… Ce qui n'empêche pas que pour moi, Troyes est indétrônable. Les cartes activités pour cette partie sont :

Religieux : PrêtreConfessionPèlerinage.

Militaire : DiplomateMercenaireTroubadour.

Civil : ArtisanAubergisteCompagnon.

Le Diplomate (1 influence —> 1 cube sur un événement) ne permet pas de gagner de l'influence et l'Artisan (1 influence —> 6 deniers) n'arrange pas les choses. La quasi totalité des dés blancs vont donc être utilisés à la Cathédrale pour gagner cette influence.

Les événements sont contrés les uns après les autres par mon père qui va évidemment rentabiliser un de ses deux personnages (Henri Ier) assez facilement en plus de gagner de nombreux PP lors de ces luttes.

Je n'ai pas réussi à utiliser le Compagnon (3 deniers —> 2 PP) et j'ai été obligé de me rabattre sur le Pèlerinage (2PP) qui m'a donné six PP mais j'ai dû utiliser un cube venant du Prêtre (+3 aux dés jaunes) pour compenser son diviseur élevé de 7.

 

  Fernand Laurent
Points de renommée 22 15
Événements non contrés 2 0
Hommes de métier 6 13
Cathédrale 0 0
Chrétien de Troyes 1 3
Thibaut II 0 6
Hugues de Payns 3 0
Henri Ier 6 0
TOTAL 40 37

Partager cet article

Repost0
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 08:09

EVOEVO. Pour le premier jeu de la soirée qui est joué avec les enfants, ils choisissent EVO. La partie a été assez serrée dans l'ensemble, personne ne s'est vraiment imposé aux autres. Vincent et Vanessa sont très mobiles grâce à leurs nombreuses pattes, Élisa amasse les gènes spéciaux et Nicolas, comme à son habitude, essaie d'équilibrer les compétences de ses dinosaures avec des gènes très diversifiés. Moi, j'ai juste plus d'œufs que les autres mais seulement deux pattes et l'abondance des premiers compense le manque des dernières.

Comme toujours, je procède de la manière la plus économique possible lors de la phase de mutations. Je sélectionne les gènes les moins onéreux et les moins convoités et comme je dépense moins, j'ai plus de points.

 

1 Laurent 33
2 Vincent D 26
3 Nicolas 25
3 Vanessa 25
5 Élisa 23

 

EndeavorEndeavor. Après une longue période, je rejoue enfin à Endeavor. Ça a été mon jeu de la fin de l'année 2010, une trentaine de parties en tout, on y jouait plusieurs parties chaque semaine. Pour les trois autres, c'est leur première.

Je commence différemment des autres en préfèrant favoriser la culture plutôt que l'industrie afin d'avoir plus de jetons de population. Les bâtiments que je dois choisir sont d'un niveau moindre mais sont largement suffisants pour installer mes jetons en Europe et sur les pistes de fret. En ayant quatre jetons en Amérique du Nord, je suis assuré d'en être le gouverneur.

Vincent et Nicolas ont la capacité de faire la guerre et ils s'en servent. Heureusement pour moi, je ne suis pas concerné par les conflits et ils tirent plus d'intérêts à s'attaquer à d'autres cibles que moi. Grâce à la récupération des deux jetons bleus permettant d'effectuer un payement, je peux continuer à jouer après qu'ils aient tous été obligés de passer. Je fais ça deux tours de suite, ça me permet de continuer à me placer dans différentes pistes de fret sans pour autant prétendre une nouvelle place de gouverneur. Par contre je peux piocher en Amérique du Nord pour deux cartes très intéressantes.

Nicolas se rend maître de la plus grande partie de l'Europe et va piocher la plupart des cartes, surtout les deux dernières. Il va donc abolir l'esclavage et je suis le seul à perdre deux niveaux d'industrie à cause de ça ; seul moi avait osé piocher dans la pile d'esclavage. Ma très longue route va être coupée par une de ses actions militaires pour me faire perdre trois points mais elle reste assez longue malgré tout pour conforter mon avance.

Après tout ce temps, j'avais presque oublié a quel point c'était agréable à jouer.

 

  Laurent Nicolas G Vincent D Vanessa
Industrie 7 4 4 11
Culture 15 7 11 4
Finances 10 2 10 4
Politique 10 7 7 7
Bâtiments et cartes 5 11 5 7
Villes et routes 12 9 4 5
Population 0 1 0 0
Esclavage -1 0 0 0
TOTAL 58 41 41 38

 

TournayTournay. Voilà un jeu qui demande une courte période d'acclimatation. C'est seulement la deuxième partie de Vanessa et elle était bien plus à l'aise cette fois. Par contre Nicolas et Vincent doivent s'habituer aux icônes, au mécanisme de pioche, aux événements et aux différentes manières de gagner des deniers.

La Grande Ducasse (2 deniers pour le majoritaire en civil) va nous enrichir, Vanessa et moi car je vais multiplier les pioches là où il n'y a pas encore de Crieur public et que Nicolas et Vincent vont mettre un temps trop long pour la contrer.

Tout cet argent me servira à acheter les services des habitants de Vanessa, afin de freiner son développement. Je ne vais pas acheter chez les deux autres car ils sont pauvres et que dans les jeux de société, on n'aide pas les pauvres pour ne pas leur donner les moyens de se développer.

Je vais baser ma stratégie sur Saint-Brice (4PP/2PP par série de cartes dans les trois couleurs), surtout que Vanessa a de son côté le Beffroi qui a exactement le même effet mais en jaune. Ce qui permet de marquer 6 PP pour chacune de mes séries de cartes, et j'en aurais deux à la fin de la partie. Vu que j'ai déjà trois personnages dans mon quartier, je vais chercher et poser la Tour des Six (2PP/1PP par personnage) et avec un quatrième personnage posé au dernier tour, voilà 8 PP bien utiles pour prendre l'avance sur elle.

Vanessa recrute a tour de bras et bonifie Saint-Nicolas (3PP/1PP par série d'habitants des trois couleurs) avec 9PP auxquels ils faut ajouter les 3 PP que lui donne le Pont des Trous de Nicolas qui a le même effet que Saint-Nicolas.

 

1 Laurent 43
2 Vanessa 37
3 Nicolas G 34
4 Vincent D 24

Partager cet article

Repost0
8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 08:33

Une agréable soirée au club Esprits Joueurs avec seulement deux parties, mais avec des jeux que j'aime beaucoup. On avait prévu de jouer à Nigthfall et à Steam, mais les aléas des arrivées et des parties qui commencent et se terminent en ont décidé autrement.

 

Tournay

Tournay. C'est leur première partie à tous les trois, sauf pour Vincent qui avait joué avec moi sur une version avancée du prototype au mois d'avril. Évidemment, il est difficile au début de savoir quoi faire pour bien se débrouiller mais avec quelques conseils, ça se passe bien. Il faut dire que les règles ne sont pas nombreuses ni compliquées.

Vincent et Christian se sont amusés avec leur Baliste en déclenchant les événements dont un bénéfique qui leur a fait gagner beaucoup d'argent. Comme c'était assez embêtant pour Fred et moi, on a été obligé de s'en occuper, lui avec un Chevalier et moi avec un Fort II.

La partie n'est pas très rapide, et j'ai le temps de commencer le recrutement de nouveaux habitants blancs avec pour but final de chercher et poser Saint-Quentin (2PP/1PP par habitant blanc) dans mon quartier. Je vais mettre un petit peu plus de temps que j'aurais préféré pour le trouver, ce qui laisse le temps à Vincent de clôturer son quartier alors que je n'ai que six cartes dans le mien.

Lors de mes recherches afin de trouver Saint-Quentin (que j'ai rentabilisée avec cinq habitants blanc), j'ai pioché Saint-Brice (4PP/2PP par lot de carte des trois couleurs) et Saint-Nicolas (3PP/1PP par lot d'habitants des trois couleurs) qui vont toutes les deux me donner les points suffisants pour remporter la première place malgré la taille de mon quartier.

 

1 Laurent 32
2 Christian 28
2 Vincent B 28
4 Frédéric 24

 

HamburgumHamburgum Antverpia. C'est la première fois que Christian vient au club et il a apporté Hamburgum. Excellent ! Et cette partie s'est jouée sur le nouveau plateau Antverpia ramené d'Essen quelques semaines plus tôt. Cette extension apporte un changement dans les règles qui porte sur le fonctionnement des donations.

Alors qu'auparavant les trois types de marchandises ne servaient qu'a gagner de l'argent, elles sont maintenant nécessaires pour effectuer une donation. Ce qui modifie la manière de se déplacer autour de la rondelle, les arrêts sur les cases de productions des marchandises sont quasiment obligatoires.

J'aimais bien pouvoir prendre en une seule fois plusieurs tuiles du même type de donation pour faire un gros coup, comme prendre toutes les tuiles qui donnent trois Points de Prestige par bateaux au moment où j'en ai quatre par exemple. Ce n'est plus possible maintenant.

Avant (Hamburgum)     Après (Antverpia)
Les donations ont un prix progressif mais il est possible de choisir celle que l'on veut, sauf la première qui donne 5 PP. Elles doivent être payées avec de la brique, ensuite avec de la brique et du bois et pour les dernières on ajoute de l'argent pour finalement donner du bois + de la brique + une cloche +  un montant équivalent au nombre de bâtiments que l'on possède.   Les donations ont un prix fixe et il est impossible de les choisir car elles sont ordonnées en une pile. Elles doivent être payées avec de la brique plus une marchandise (sucre, bière et enfin tissus) plus un montant équivalent au nombre de bâtiments que l'on possède, et ce à chaque fois. La dernière donation est réglée avec un bois + une brique + une cloche.

Ces changements impliquent que l'on doit se déplacer différemment sur la rondelle, plus lentement. Il faut aussi essayer de planifier ce que les autres sont susceptibles de faire comme donations pour y aller juste après et prendre celle qui vient d'être révélée et qui nous intéresse.

 

Dès le premier tour, ils vont tous les trois directement faire une donation alors que je vais produire des marchandises, placer un nouveau bateau et ensuite en revendre une partie pour finalement acheter des matériaux de construction. Je vais donc aller sur la case Église bien plus tard, mais je vais avoir la possibilité de faire trois donations en une seule fois.

Ces nouvelles contraintes de jeu m'ont fait couiner un max car j'avais du mal à avoir un rythme de rentrées et dépenses régulier. Mais comme je n'étais pas le seul, ça allait quand même en fait.

Je n'ai construit que deux bâtiments, deux brasseries, afin de ne pas être obligé de payer une somme trop importante à chaque passage sur la case Église. Donc, je produis peu, je vends peu, et j'ai peu de matériaux de construction. Pour prendre de l'avance, je dois attendre que les donations valorisant les navires au port soient disponibles et je vais réussir en avoir trois. Elles m'ont données chacune 12 PP grâce à mes quatre navires. Ajoutez à ça trois églises achevées par mes soins, deux tuiles valorisant les donations scorées en fin de parties pour 9 PP chacune, et voilà d'où viennent la plupart de mes points.

On était trois à pouvoir faire la donation ultime de la dernière église, mais Vincent est trop court de 20 £, et Christian a besoin de bois. Pour prendre ce dernier de vitesse, je dépense des PP pour avancer plus vite jusqu'à la case Marché, j'achète la cloche qui me manque et comme je joue avant, je suis le premier sur Église.

Antverpia impose des nouvelles manières de jouer, mais c'est toujours aussi bon.

 

Erreur de règle : Quand un joueur se pose sur la case Église, il peut faire plusieurs donations, mais uniquement dans une seule église.

Erreur signalée par beri sur Tric Trac. Merci à lui.

 

      (£)
1 Laurent 87  
2 Vincent B 63  
3 Frédéric 61 (70)
4 Christian 61 (10)

Partager cet article

Repost0
6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 13:00

Banner - Firenze

Firenze. Voici un jeu de monsieur Andreas Steding, un auteur que j'adore. Hansa Teutonica est mon jeu préféré, Norenberc figure lui aussi dans mon top et Kogge est une merveille qui gagnerait à être mieux connue, mais qui ne le sera jamais à cause de sa complexité, de sa rareté et de la qualité de son matériel.

Après avoir attendu une éventuelle adaptation française par Iello qui n'arrivera jamais et après avoir cherché en vain ce jeu dans des boutiques sur le net, je suis allé à Essen : il y en avait partout, chez chaque soldeur, mais en allemand. J'ai francisé les cartes grâce au travail d'un internautateur de Tric Trac, et maintenant tout est prêt pour notre première partie de Firenze.

Une fois de plus avec Andreas Steding, les mécanismes de ce jeu sont pour le moins originaux et la simple lecture des règles ne suffit pas pour en apprécier toutes les subtilités. J'aurais du mal à vous dire à quel autre jeu il ressemble pour vous en faire une idée générale.

On doit construire des tours afin de remplir des contrats qui rapportent des Points de Prestige (c'est bon le prestige.) Les matériaux pour la construction de ces tours sont des briques de couleurs différentes qui se trouvent sur six cartes sur le plateau de jeu. Les cartes ont un prix dégressif et ont chacune un effet sur le cours de la partie. Quand on achète une carte, on gagne également les briques. Une tour commencée doit être agrandie chaque tour jusqu'à la réalisation d'un contrat ou doit être complètement abandonnée si on n'est pas capable d'y ajouter au moins une nouvelle brique. Les coûts de construction varient selon le nombre de briques qu'on ajoute et ces coûts, ainsi que ceux des cartes, doivent être payés… en briques. Voilà très grossièrement comment ça marche.

 

Firenze.jpgAlors, cette partie ? En fait, on en a fait deux. Le temps de s'habituer aux cartes lors de la première partie, et le jeu se révèle fluide et rapide. Il y a six tours sur le plateau de jeu et sur celles-ci sont déposés des sceaux de couleur neutre qui indiquent les contrats ne pouvant être remplis par aucun joueur. Et selon l'emplacement des ces sceaux (placés au hasard) le rythme de la partie peut varier et la durée être plus ou moins longue. Je vais d'ailleurs ajouter deux D6 dans la boîte pour faciliter cette mise en place, un pour la tour et un autre pour l'étage à condamner.

Il y a aussi quatre commandes spéciales qui sont également sélectionnées au hasard et lors de la seconde partie, il y en a eu une sur la tour mauve. Ces commandes spéciales doivent être complétées dans l'ordre de I à IV et la numéro II en mauve a été dure à faire à cause de la rareté des briques de cette couleur. J'ai perdu plein de temps à les rassembler, les voler, ou les piocher dans le sac et pendant ce temps mon père a gagné des points en continuant à honorer des commandes régulières.

Il y a aussi un bonus en fin de partie pour chacune des tours qui est attribué au joueur ayant rempli le plus de commandes, ces points vont de deux à cinq et peuvent donner la victoire lors d'une partie serrée comme la première que nous avons jouée aujourd'hui.

 

1 Laurent 66   1 Fernand 79
2 Fernand 60   2 Laurent 58

 

Firenze n'est pas mon Steding préféré et je le trouve inférieur aux autres que je possède (Kogge, Hansa Teutonica, Norenberc.) Mais vu que j'estime ces derniers au plus haut point, le sentiment que j'ai à propos de Firenze est quand même très très bon.

 

TournayTournay. Une partie durant laquelle je vais chercher des personnages afin d'optimiser les placements de mes habitants sur les bâtiments, mais je n'en ai eu qu'un seul. C'est le Compagnon II (2 deniers sur une activation de bâtiments.) et encore, je n'ai pas pu le placer de manière optimale.

Même si j'ai plutôt bien rentabilisé mes bâtiments de prestige, je ne rassemble que trois PP avec les cartes de mon quartier, ce qui est vraiment très peu. J'ai joué les cartes plus pour leur effet que pour leurs PP et il s'en est fallu de peu que je me fasse rattraper au score.

 

  Laurent Fernand
Quartier 3 9
Remparts 2 3
Saint-Nicolas 9 1
Tour d'Arras 10 2
Tour Saint-Georges 1 8
TOTAL 25 23

Partager cet article

Repost0
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 08:26

TournayTournay. Alors que de par le monde, les joueurs frustrés attendent leur exemplaire de ce jeu, et bien nous… on y joue. Hé oui, je sais, je suis un monstre. Et encore, vu que vous n'y avez pas encore joué, vous ne pouvez pas vous rendre compte de ce que vous ratez. J'aimerais pas être à votre place, tiens.

Voilà, maintenant que tout le monde me déteste, je vais expliquer ce qui s'est passé lors de ma huitième partie de Tournay. Hé oui déjà la huitième partie, vu que le jeu est très bon, j'y joue dès que je peux… bon ok, j'arrête.

C'est une partie tranquille pour ce qui est des événements. On a eu droit aux trois positifs qui donnent deux deniers pour le joueur majoritaire dans un des trois domaines. Avec la Visite du Roi (militaire) et la Procession (religieux) dès le départ. La Grande Ducasse (civil) viendra plus tard. Vu le climat positif de ce côté, je ne vais pas du tout m'occuper des événements de la partie. Le seul qui a posé quelques problèmes est l'Attaque des Normands qui impose de mettre des jetons de dommages sur une carte quelque soit sa couleur. Mais comme mon père était tout autant embêté par ça, il s'en est occupé.

Avec un Évêque (Relever les habitants couchés près de la place lorsque j'active un bâtiment blanc) que je vais placer en position centrale, je vais favoriser la pioche dans les cartes blanches et après avoir pioché la carte Saint-Jacques (2PP/1PP par bâtiment ou personnage blanc), je vais renforcer encore ce déséquilibre des blancs. Mais je vais perdre du temps en "jouant" avec l'Évêque qui est plus difficile à utiliser de manière efficiente à cause de mon déséquilibre.

Après avoir pioché un recruteur militaire, la Porte de la Vigne (2PP/1PP par habitant rouge) est visible sur la pioche rouge de niveau III. Je vais la prendre en main et ce seront les trois seules cartes non-blanches que je poserais avec la Tour d'Arras (2PP/1PP par bâtiment blanc ou jaune) qui s'intègre parfaitement dans ma stratégie.

J'aurais normalement pu terminer la partie plus tôt, mais j'avais pour cela besoin d'utiliser à plusieurs reprises un habitant religieux de mon père, mais il l'a rendu indisponible et j'ai été obligé de rassembler mes habitants. C'est d'ailleurs une action que j'ai dû faire souvent car mes habitants jaunes ne me servaient à rien. La spécialisation dans une couleur peut rapporter beaucoup de PP avec les bâtiments de prestige appropriés, mais le rythme du jeu est plus lent parce qu'il faut rassembler plus souvent. 

Ce jeu est merveilleux. Mais qu'est-ce que vous attendez pour l'acheter ? Ha oui, c'est vrai…

 

  Laurent Fernand
Quartier 5 6
Remparts 0 4
Beffroi 0 4
Tour des Six 1 4
Saint-Quentin 1 6
Saint-Jacques 12 2
Porte de la Vigne 8 2
Tour d'Arras 10 3
TOTAL 37 31

 

Magnum SalMagnum Sal. Après LE jeu d'Essen 2011, on revient vers Magnum Sal, un jeu d'Essen 2010 qui n'a pas fait énormément parler de lui, et pourtant il faut bien admettre qu'il est agréable à jouer. En tout cas, il a été apprécié par chaque personne à qui je l'ai présenté. Mon père fait partie de celles-ci, et refaire une partie de ce jeu polonais de temps en temps est une bonne chose.

La première manche est plutôt équilibrée avec des extractions de sels plus ou moins équivalentes et deux commandes royales honorées de part et d'autre. On prépare surtout la suite de la partie avec des recrutements de nouveaux mineurs et l'achat d'outils qui ont été tous distribués.

La deuxième manche a été catastrophique pour mon père, il a ses mineurs bloqués dans une chaîne et il va extraire trois cubes de sel en six tours. Je ne m'attendais qu'a remplir deux commandes mais vu son retard, je renvoie quelques mineurs au fond pour quelques cubes supplémentaires et une dernière commande.

Je vais complètement dominer la troisième manche avec deux extractions massives grâce à mes neufs outils. J'extrais beaucoup et je ne paie rien. Et grâce à l'outil qui permet de se placer en fin de file au château, je vais honorer la quatrième commande avant mon père. Trois commandes sur quatre, avec l'impossibilité pour lui de rattraper son retard explique la différence dans le score final.

Je me suis obligé à faire quelque chose que je ne fais jamais : poser un assistant dans un bâtiment, ce qui m'a rapporté trois pièces. C'est une option qui me laisse perplexe dans ce jeu. OK, ça rapporte 1 grosz à chaque fois qu'un joueur passe par là, mais j'ai quand même l'impression qu'un mineur est toujours plus utile dans la mine ou dans la file d'attente du château… Pourtant j'y ai joué dans toutes les configurations possibles de deux à quatre joueurs, mais ça me paraît faible comme intérêt.

 

  Laurent Fernand
Grosz 82 10
Outils 20 14
Sels 12 12
TOTAL 114 36

 

Partager cet article

Repost0
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 18:07

JagdfieberJagdfieber. On joue avec Adrien, mon neveu de 5 ans et demi, à qui ce jeu plaît beaucoup. Il fait des choix de cartes imprévisibles qui nous laissent impuissants et c'est plutôt payant pour lui quand on regarde les scores. C'est le jeu qui veut ça aussi, c'est pas un Wallace non plus. Son but est d'amuser, et il amuse.

 

  Adrien Fernand Laurent  Élisa 
Jour 1 14 9 2 7
Jour 2 18 10 11 5
Jour 3 16 9 12 9
Jour 4 14 11 7 2
TOTAL 62 39 32 23

 

Glen MoreGlen More. C'est la toute première partie de Nicolas (8a ½) qui comprend sans soucis la mécanique du jeu, et avec quelques conseils sur les bonnes choses à faire, il s'en est tiré plutôt bien.

Mon père se spécialise dans le whisky, Nicolas rentabilise au mieux son Boucher (bœufs) et moi, j'essaie de faire tourner mon Marché annuel avec moins de succès. Je possède aussi trois Villages en espérant acquérir Duart Castle (3PV / Village) mais mon père saute dessus dès l'apparition de la tuile.

Nicolas arrive a faire tourner la machine à PV en gardant un nombre de tuiles comparativement plus bas que nous et même s'il est à cours de pièces, je lui explique qu'il y a moyen de s'en sortir sans argent et effectivement, il y arrive. Mon père ne collecte presque pas de jetons de PV, mais les trois décomptes lui sont évidemment favorables dans le domaine du Whisky alors que de mon côté ce sont surtouts les Chefs qui me donnent mes points.

Le jeu a plu à  Nicolas, il m'a d'ailleurs dit avant de s'endormir qu'il aimerait y rejouer.

 

  Fernand Nicolas Laurent
Points de victoire 5 22 17
Whisky / Chefs / Lieux      
—Première manche 5/0/0 1/1/2 0/2/1
—Deuxième manche 8/0/0 1/0/2 0/3/1
—Troisième manche 8/3/0 0/0/2 0/8/1
Iona Abbey, Loch Morar, Duart Castle 12 4 8
Pièces 13 2 0
Nombre de tuiles -6 0 -6
TOTAL 48 37 35

 

TournayTournay. Mon père va déclencher les événements à chaque fois qu'il pioche, on va se retrouver a sec très rapidement à cause des événements, et il mettra beaucoup de temps à retrouver une stabilité financière en étant obligé très souvent d'utiliser l'action Gagner des deniers en couchant ses habitants.

Sur une même ligne, j'ai un Percepteur II (Activation d'un bâtiment civil —> 2 deniers), un Marché I (5 deniers) amélioré plus tard par le Marché II (6 deniers) tout ça accompagné d'une Grange I (Pioche dans le civil II.) Je gagne donc régulièrement assez d'argent pour poser ce que je veux et subir certains événements.

Tout en me contentant de piocher dans les piles qui ont déjà leurs Crieurs publics révélés, j'essaie de faire au plus vite pour compléter mon quartier. Je commence par garder le Pont des trous qui offre un différentiel de 6 Points de Prestige sans que le nombre des habitants de départ change, suivra la Tour des Six qui valorisera pour 2 PP chacun mes trois personnages contre deux en face. Le dernier posé à la toute fin du jeu est La Madeleine qui me donne également 2 PP par bâtiment prestigieux.

 

1 Laurent 36
2 Fernand 27

Partager cet article

Repost0
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 07:41

Tournay-banniere-titreTournay. C'est le jeu auquel j'ai le plus envie de jouer pour l'instant et c'est celui dont je suis le plus satisfait d'avoir rapporté d'Essen. Je me suis interdit de regarder l'entièreté des cartes avant de commencer d'y jouer et je suis vraiment en mode découverte.

On a fait trois parties ce soir, sans se poser la question. On remet rapidement le matériel en position de début de partie et on enchaîne.

Comme je ne connais pas encore toutes les cartes, je "tente des trucs" (© Vincent D) et parfois c'est bien, parfois pas, et parfois je comprends que ça pourrait fonctionner mais pas exactement comme j'ai choisi de faire. Et quand je tiens compte du fait qu'il y a encore les cartes de l'extension pour plus tard, j'ai encore beaucoup de "trucs à tenter."

 

• Construction assez lente de mon côté car je perds trop de temps à piocher et poser des cartes juste pour voir ce que ça fait. Les Crieurs publics s'accumulent et le quartier d'en face se complète bien plus vite que le mien. Le Beffroi (lots de cartes bâtiments/personnages  des trois couleurs) lui fait gagner 8 PP.

En comptant  les points mon père me dit : "Mais pourquoi tu n'as pas posé plus de cartes ?" Certainement parce que j'étais distrait par les beaux dessins…

 
1 Fernand 25
2 Laurent 16

 

• Partie à l'inverse de la précédente car je pioche souvent et pose souvent. En commençant par la Ferme (1 denier par case vide), je remplis très vite mes caisses de deniers à l'inverse de mon père qui doit trouver de l'argent avec plus de difficultés. Je ne vais acheter que très rarement des habitants chez lui pour éviter de le sortir de ses problèmes financiers.

Il sera finalement aidé par l'événement bénéfique Grande Ducasse (2 deniers pour le plus grand total civil) qui finira par être contré par mes soins grâce à un Fort II. Mais il en a bénéficié plusieurs fois et ses problèmes financiers sont terminés. Je vais maintenant pouvoir lui acheter ses habitants pour aller piocher dans les niveaux III, poser des bâtiments de prestige et déclencher la fin de partie.

 

1 Laurent 25
2 Fernand 19

 

• Un des événements de départ est bénéfique, c'est la Visite du Roi (2 deniers pour le plus grand total militaire.) Ma première action sera de piocher en militaire niveau I, histoire d'en profiter. Mais la première action de mon père sera de lutter d'entrée contre cet événement.

Par la suite, j'ai essayé de recruter un maximum d'habitants et de les valoriser avec deux bâtiments de prestiges : Saint-Quentin (habitants blancs) et l'Hôtel de Ville (habitants jaunes). La perspective de gros rendements en PP est alléchante, mais je n'avais qu'un seul moyen de recruter des nouveaux habitants avec le Monastère I (3 deniers —> 1 habitant au choix.) J'ai eu a un moment la possibilité de garder l'Habitation II (2 deniers —> 1 habitant jaune) mais je ne l'ai pas fait et c'était une erreur car avec un seul bâtiment pour recruter, je suis trop lent pour cette stratégie.

Tous mes moyens financiers passent dans le recrutement et je n'ai pas l'occasion de poser beaucoup d'autres cartes, contrairement à mon père qui gagnera 14 PP avec son quartier et ses remparts. Je vais finir avec quatre habitants jaunes et quatre blancs et mes deux bâtiments de prestige me donneront donc 8 PP chacun.

J'ai dû aussi garder en main une carte qui se serait révélée trop dangereuse si elle avait été construite en face : la Tour Henri VIII (remparts construits.) Il a eu cinq remparts construits à la fin de la partie, ce qui lui aurait donné 10 PP si je lui avais laissé cette carte. Mais bon, j'ai quand même perdu…

 

1 Fernand 35
2 Laurent 28

 

TournayTournay est un jeu qui se dévoile peu à peu, ce qui est le lot des jeux utilisant une iconographie et où des combinaisons de cartes sont possibles. J'ai apprécié ma toute première partie, mais celles que je fais maintenant me procurent encore plus de plaisir. Je conseillerais donc à ceux qui auraient éventuellement été déçus ou un peu perdus lors de leur première partie, de ne pas s'arrêter à cette première impression. Vous risqueriez de passer à côté d'un tout grand jeu…

Un grand jeu addictif... rien qu'en tapant ces lignes, j'ai déjà très envie d'y revenir.

Partager cet article

Repost0
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 12:31

On est six à la maison avec Fred qui est venu avec son Battle Lore. On fera une seconde table sur laquelle Tournay est demandé par les autres. Après ça, les groupes sont reconstitués avec La gloire de Rome sur une table et Mégawatts Québec sur l'autre.

 

TournayTournay. Forcément, il a été comparé à Troyes et il a été jugé plus simple. Plus simple oui, mais ne manquant pas pour autant de profondeur. La simplicité est surtout présente en ce qui concerne le rythme de jeu. Il est plus rapide (une fois l'iconographie assimilée) car il n'y a pas de tour découpé en phases, il y a juste une action à jouer et on passe au suivant.

Je leur explique qu'il est bon de lutter contre les événements notamment pour avoir des remparts à poser et on sera trois sur quatre à posséder une carte militaire (rouge) luttant contre eux. Un Fort (événement avec pièces) pour François et moi, et une carte similaire (événement sans pièce) pour Vanessa.

On a eu très vite le nombre de Crieurs publics requis pour une des deux conditions de fin de partie et à partir de ce moment, je vais accélérer la pose de cartes pour avoir la seconde condition. J'ai trois bâtiments de prestige : le Beffroi (lots de cartes des trois couleurs), le Pont des Trous (lots d'habitants des trois couleurs) et l'Hôtel de Ville (habitants jaunes) et je pioche une dernière carte (un personnage) à poser face cachée qui rentre dans le décompte de la Tour des Six (personnages visible) de Mélanie. Les bâtiments de prestige ont chacun leur décompte et donnent 2 Points de Prestige pour le possesseur de la carte et 1 PP pour tous les autres joueurs.

Lors de cette partie, tout ce qui est possible de faire n'a pas été fait. Par exemple, personne n'a posé de cartes sur une autre (sauf lors de la dernière pose face cachée.) Je me suis déjà beaucoup mieux débrouillé que lors de ma partie de dimanche, le jeu se dévoile petit à petit… et c'est bon.

 

1 Laurent 33
2 Mélanie 27
3 Vanessa 26
4 François 25

 

Gloire de RomeLa gloire de Rome. Je vais assez vite engager deux Artisans en clientèle, ce qui donne un bon coup d'accélérateur à la construction des bâtiments. Le premier sera un Colisée (1) que je n'utiliserais qu'une seule fois pour enlever un Marchand à Fred et j'ai de nouveau un Ludus Magnus (2) qui est vraiment très pratique à avoir.

Je vais finir la partie sur une erreur en choisissant l'Artisan et en mettant le dernier chantier urbain en construction. En plus d'avoir sous-estimé la variété des matériaux dans sa chambre forte, je n'ai pas pensé que Mélanie pouvait grâce à ça terminer la construction d'un de ses bâtiments et me dépasser au score. C'est bête, mais je l'ai fait.

 

(1) Colisée : Avec un Légionnaire, prendre un client aux adversaires et le placer en Chambre forte.

(2) Ludus Magnus : Chacun des clients Marchands peuvent faire un rôle au choix.

 

  Mélanie Laurent Frédéric
Influence 12 16 12
Chambre forte 13 11 6
Bonus marchand 9 6 0
Muraille 0 0 7
Statue 3 3 0
TOTAL 37 36 25

 

• Les autres sont loin d'avoir fini leur partie et on a le temps d'en faire une nouvelle.

Dès le début, j'ai un Forum (1) en main. Je vais entamer sa construction même si je n'en fait pas un objectif en soi, mais quand je pioche l'Aqueduc (2) je me dis que je tenterais bien le coup. Une bonne combo qui me donne vite tout ce dont j'ai besoin en clientèle, et même plus. Le souci, c'est mon stock : je n'ai que trois types de matériaux, et là je pioche et mets en construction… un Égout (3.)

Ça fait un peu peur à Fred qui va terminer la partie en mettant le dernier chantier urbain en construction. Il fait ça alors que personne n'a la moindre carte en chambre forte. Il a calculé au plus juste et il a suffisamment d'influence pour gagner. J'aurais peut-être du assurer le coup en faisant un marchand au tour précédent pour placer deux marbres. Ça m'aurait laissé le temps pour terminer ma combo à l'aise.

Mélanie et moi finissons à égalité et on a oublié de compter les cartes en main pour nous départager.

 

(1) Forum : Gagner la partie avec un client de chaque type et un matériau de chaque type dans le stock.

(2) Aqueduc : Patron. Ajouter une carte de la main en clientèle.

(3) Égout : Mettre les cartes jouées en stock au lieu du lot commun.

 

  Frédéric Mélanie Laurent
Influence 12 11 11
Chambre forte 0 0 0
Bonus marchand 0 0 0
Muraille 0 0 0
Statue 0 0 0
TOTAL 12 11 11
(Cartes en main)   (?) (?)

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Jeu joue donc jeu suis
  • Jeu joue donc jeu suis
  • : JJDJS : comptes-rendus de parties et avis. Les découvertes ludiques d'un petit groupe de joueurs de Mons, en Belgique.
  • Contact

Recherche

Tags

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...