17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 20:46

Une soirée chez mes parents et deux parties jouées avec mon père. Ce qu'on aime pour l'instant, c'est Firenze parce qu'on a bien aimé les autres jeux de son auteur et que même si celui-ci est le plus simple de tous, il est très agréable quand même. L'autre jeu quasi-obligatoire du moment, c'est Tournay parce qu'on a bien aimé Troyes et que même s'ils sont complètement différents, ils ont un point commun : ils sont terribles. Ouais, terribles.

 

FirenzeFirenze. Je pensais avoir pris le contrôle de la partie après avoir rempli la premier contrat spécial mais il s'est avéré que ce n'était pas du tout le cas. On s'est maintenant habitués aux effets des cartes et les choix de celles-ci se font de manières plus réfléchie, avec toujours une petite idée derrière la tête. Mon père va s'en servir pour me priver d'une couleur, et surtout il va abuser des Maçons qui permettent de réduire les coûts de construction de 3 briques pour un tour de jeu.

Lorsque je me m'approche de la réalisation du deuxième contrat spécial dans la tour bleue, il accèlère la construction de la sienne après m'avoir échangé avec un Contrebandier la seule pierre bleue qui me reste. Il empoche les points, plus le bonus de la première réalisation pour ce niveau d'étage. Et je me retrouve avec un tour de cinq étages inutile car le niveau suivant est condamné par un sceau neutre et qu'il n'y a pas une seule brique bleue présente sur les cartes que j'aurais pu éventuellement prendre en faisant un échange.

Les troisième et quatrième contrats spéciaux vont également m'échapper sans que je puisse y faire quelque chose et je vais me contenter de construire des tours de petite hauteur dans les couleurs les plus rares pour tenter de ravir les points de majorité attribués en fin de partie.

Avec un Entrepôt qui lui permet de garder jusqu'à quinze briques et l'utilisation régulière des Maçons, il continue à construire des tours de belle hauteur et l'écart se creuse de plus en plus. De mon côté, je suis trop court pour m'offrir le luxe de choisir la carte que je veux et je dois souvent faire un choix par défaut.

Pour tenter de réduire un peu l'écart, je planifie de finalement faire l'acquisition de la première carte que personne ne veut et qui est là depuis très longtemps : une Disgrâce (-3PP en fin de partie) sur laquelle se trouve 16 briques. Mais c'est un peu tard, car il le fait avant moi et avec son stock énorme, il continue la construction de deux tours de belle taille en posant six nouvelles briques. Ces tours vont être dans des couleurs pour lesquelles je perds la majorité et les 5PP donnés à celui qui termine la partie sont pour lui aussi.

— "J'ai vite compris le truc pour ce jeu, non ?"

— "Ça, tu peux le dire…"

 

1 Fernand 91
2 Laurent 56

 

TournayTournay. Je vais commencer par piocher dans la pile rouge de niveau II dans l'espoir de trouver un Avoué (1) ou un Percepteur (2). Je mets la main sur le deuxième que je vais associer dans la même colonne à un Marché I (3) et pour assurer des revenus conséquents, sur la même ligne que le Marché un Prêtre II (4) a été très efficace.

Une fois que l'argent est abondant, je me décide de chercher après Saint-Brice (5) ou le Beffroi (6), voire les deux puisque j'ai une carte de chaque couleur et qu'il me sera facile d'avoir une seconde série. Saint-Brice sera pioché dès la première action de pioche de niveau III et dans mes recherches infructueuses du Beffroi, j'ai mis la main sur l'Hôtel des monnaies (7) qui fera un excellent remplaçant.

Dans les derniers tours de jeu, je complète mon moteur à deniers avec un Marché II (8) qui vient sous le Percepteur et sous le premier Marché. Encore plus d'argent pour plus de PP avec l'Hôtel des monnaies, d'autant plus que mon père ne finira pas la partie avec quatre deniers et moi avec 24, ce qui me fera marquer un différentiel de 12 PP, le maximum possible.

 

Petit lexique :

(1) Avoué II : Placer un bâtiment jaune ou blanc —> 3 deniers.

(2) Percepteur II : Activer un bâtiment jaune —> 3 deniers.

(3) Marché I : 5 deniers.

(4) Prêtre II : Chaque carte peut-être activée deux fois.

   

(5) Saint-Brice : 4PPs/2PPs par lot de cartes des trois couleurs.

(6) Beffroi : 4PPs/2PPs par lot de cartes des trois couleurs.

(7) Hôtel des monnaies : 2PPs/1PP par tranche de 4 deniers.

(8) Marché II : 6 deniers.

 

  Laurent Fernand
Quartier 8 8
Remparts 1 3
Hôtel des Monnaies 12 0
Tour des Six 2 2
Saint-Quentin 2 6
Saint-Brice 8 2
Pont des Trous 2 6
TOTAL 35 27

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Jeu joue donc jeu suis
  • Jeu joue donc jeu suis
  • : JJDJS : comptes-rendus de parties et avis. Les découvertes ludiques d'un petit groupe de joueurs de Mons, en Belgique.
  • Contact

Présentations de jeux et avis

 

 

Recherche

Bilans et courtes descriptions

Tags

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...