23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 16:10

Un dimanche chez mes parents…

 

JagdfieberJagdfieber. Après notre partie d'hier, les enfants prennent cette petite boîte pour y jouer avec mon père et mon petit neveu (qui ne finira pas la partie car il devait rentrer.) Les enfants commencent déjà à bien sentir comment piéger les adversaires en jouant certaines cartes au bon moment : il y a des loups en Proie facile, il y a sûrement quelqu'un qui va jouer un Chasseur, et bien alors je vais jouer ma carte Saison des amours pour les piéger. Très sympa comme jeu.

 

  Fernand Laurent   Élisa  Nicolas Adrien
Jour 1 21 19 5 16 7
Jour 2 4 33 12 10 -
Jour 3 24 10 13 5 -
Jour 4 20 4 22 16 -
TOTAL 69 66 52 47 -

 

Rattus 0Rattus. On joue avec les personnages du jeu de base sauf que la Sorcière est remplacée par le Magicien de l'extension Pied Piper. Le magicien, justement, plaît beaucoup aux enfants qui se l'échangent plutôt souvent. La partie alterne entre des périodes d'accumulation sur un unique territoire avec finalement un passage du Chevalier par le joueur non présent. Avec un peu plus de chance, Nicolas finissait devant, mais révéler le dernier jeton qui fait +1 M M fait assez mal.

 

1 Fernand 10
2 Laurent 9
3 Nicolas 9
4 Élisa 7

 

TournayTournay. Enfin ! Tournay est là ! Flashback : Mois d'avril 2011, Festival Troll et Légendes à Mons. Un espace jeux de plateau et quelques éditeurs présents, dont Pearl Games. J'aime Troyes et je le connais bien, je n'allais donc pas m'asseoir pour en faire une partie, mais Sébastien Dujardin nous propose, à Vincent B et à moi, d'essayer son prototype.

Là, sans tomber dans le côté fan groupie club (et de toute manière Vincent ne raffole pas de Troyes), on s'est tout de suite dit que ce nouveau jeu était quelque chose d'énorme. Je savais déjà à ce moment que mon premier achat d'après Essen 2011 serait Tournay.

Première "vraie" partie donc. L'univers graphique est le même que Troyes, certain concepts sont toujours présents. Les trois ordres, la possibilité d'acheter une ressource adverse. Plus de dés, mais des cartes.

On ne connaissait pas les cartes et la progression se fait plutôt lentement avec les yeux dans l'aide de jeu qui reprend toute l'iconographie qui sera de toute manière très vite assimilée. Après cette première partie, on a compris ce qu'il faut mieux faire, comme ne pas trop tarder de piocher dans les cartes de niveau III, comme ne pas laisser les évènements pourrir la situation et récupérer des Remparts pour s'en protéger et marquer des points. Sélectionner sa pile de pioche en fonction des Crieurs publics déjà sortis n'est pas à négliger non plus.

Mon père clôture sa ville le premier et quatre Crieurs publics sont présents : c'est la fin de partie. Encore un petit tour et une pose de carte face cachée pour quelques Points de Prestige de plus. Saint-Jacques (1) et La Madeleine (2) pour mon père et seulement Saint-Quentin (3) pour moi.

 

(1) Saint-Jacques : 2PPs/1PP par carte blanche visible.

(2) La Madeleine : 2PPs/1PP par bâtiment de prestige visible.

(3) Saint-Quentin : 2PPs/1PP par habitants blanc possédé.

 

1 Fernand 21
2 Laurent 13

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Christian 25/10/2011 13:35



Bravo Fernand le grand chelem!



Présentation

  • : Jeu joue donc jeu suis
  • Jeu joue donc jeu suis
  • : JJDJS : comptes-rendus de parties et avis. Les découvertes ludiques d'un petit groupe de joueurs de Mons, en Belgique.
  • Contact

Présentations de jeux et avis

 

 

Recherche

Bilans et courtes descriptions

Tags

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...