1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 22:52

Cap - Amyitis

 

Chez Bouffy et Cliodna

Bouffy, Cliodna, Fraels, Mildiou.

120 minutes de jeu. 

obrMildiou

Voici un jeu subtil et fin sur lequel j'avais envie de revenir. Et les récentes discussions sur les forums de Tric Trac allant dans le même sens ont accentué cette envie.

Les deux premiers tours ont été calmes sur les jardins, tout le monde préférant se constituer une petite réserve de chameaux et de ressources. Pour ma part, je prends place avantageusement dans les deux premiers temples : Ishtar pour recevoir un chameau ou un talent et Marduk pour gagner des Points de Prestige. Personne ne veut irriguer.

Mais cela ne dure pas évidemment, les premières irrigations arrivent et les premiers candidats planteurs se manifestent. Il s'agit en fait de tous les joueurs, sauf moi. Je me fais balader sur le plateau de la caravane ; je n'ai jamais les bonnes ressources pour avancer. Et le fait que Vincent possède la carte caravanier de niveau 2 n'arrange pas du tout mon problème.

Je peux compenser mon retard en PPs grâce au temple de Marduk et à l'irrigation mais ce n'est pas suffisant. J'arrive à planter (seulement trois tuiles sur toute la partie) mais sans avoir véritablement le choix de la tuile qui me serait idéale. Je ne possède pas de carte Jardinier et je me contente de ce qui est à ma portée.

Face à François le planteur et à Vanessa et son gros palais, il n'y a que des solutions pour réduire l'écart, mais aucune pour les doubler. Je ne pourrais pas les dépasser puisque je ne sais pas planter au niveau 3. C'est moi qui déclenche la fin de partie une fois le constat établit. Une partie plus longue ne leur aurait été que plus profitable encore.

 

Fraels (François)

46
Cliodna (Vanessa) 44
Mildiou (Laurent) 42
Bouffy (Vincent D) 20

 

Cap---Fresco.jpg

Les portraits.

 

Chez Bouffy et Cliodna

Bouffy, Cliodna, Fraels, Mildiou.

120 minutes de jeu. 


obrMildiou

  PA1.jpg
  PB6.jpg

Une partie qui se présentait bien ; j'ai été leader à partir du deuxième tour jusqu'au dernier. Malgré cela, je n'ai pas été trop souvent pénalisé avec le choix de l'heure de réveil. Et puis, se lever tôt est parfois très intéressant avec le module d'extension des portraits. Certains permettent d'influer sur l'humeur de mes assistants et j'en ai eu un qui me donnait un point de plus à chaque fois que je bénéficiais de l'influence de l'évêque.

Je me rends à la cathédrale à chaque tour pour honorer une commande et parfois deux. Cela m'assure des revenus importants et je n'ai jamais eu à me priver à cause de l'argent, même si j'ai été complètement à sec après un de mes passages matinaux au marché des peintures. La réalisation d'un portrait rentable (+7 thalers) et mes tuiles remportées plus tôt me renflouent vite.

Je me fais doubler lors du dernier tour par Vanessa qui réalise deux grosses tuiles pour terminer. Les deux autres me dépassent aussi puisque je ne marque que quatre points lors de ma dernière visite à la cathédrale.

Je dois en effet me contenter de l'autel car je n'ai pas de peinture mauve (je n'en ai jamais eu de toute la partie). Je suis donc derrière tout le monde avant de compter les points attribués grâce à l'argent. Je peux me rajouter sept points, de quoi sauter par-dessus François et Vincent. Hop, Hop !

 

Cliodna (Vanessa)

66
Mildiou (Laurent) 61
Fraels (François) 59
Bouffy (Vincent D) 58

Partager cet article

Repost 0
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 11:34

Soirée chez Mélanie et Fred où j'ai pu enfin leur présenter Amyitis qu'ils réclamaient depuis quelques temps. Après ça, on a refait deux nouvelles parties de Nightfall.

 

AmyitisAmyitis. C'est leur première partie de ce jeu et en plus de l'obligatoire explication des règles, je leur donne des conseils et j'insiste sur les caractéristiques importantes du jeu à prendre en compte, comme le déséquilibre dans la disponibilité des cartes Cour et comment s'en passer, les avantages et les risques de l'irrigation, l'intérêt des temples, l'aspect collaboratif des pistes d'agricultures et du déplacement de la caravane. Enfin, tout ce qui fait d'Amyitis un jeu unique.

Un peu perdu en début de partie, Fred s'implique dans les trois temples pendant que Mélanie et moi irriguons. Ils dépensent tous les deux trop de talents au premier tour et Fred trouve vite qu'une carte Banque va lui être utile. Je vais prendre la seconde et Mélanie est privée jusqu'à la fin de la partie de cette source de revenus. Il ne lui reste que le temple d'Ishtar et passer tôt en espérant que nous continuions à jouer.
Par contre, pour ce qui est des cartes Palais, c'est moi qui en serais privé. Comme ils vont gagner des Points de Prestige par ce moyen, il ne me reste qu'à être celui qui plante le plus.
Personne n'a eu l'utilité d'investir dans une carte Caravanier de niveau supérieur, l'anticipation des mouvements collectifs a suffit dans la plupart des cas. Il y a juste eu à une ou deux reprises, un petit déplacement qui m'a permis de retarder les desseins de Fred.
Je suis en léger retard sur la piste de score lorsque la fin de la partie arrive, mais je sais que je vais gagner 10 PP grâce à la faveur d'Amyitis et mes six tuiles Jardin, Mélanie va recevoir 5 PP avec ses quatre tuiles. Fred n'a lui, en fin de parties que trois tuiles Jardin devant lui. Je gagne une ultime ressource grâce au temple de Tammouz pour un PP supplémentaire.
Malgré que ce soit lui qui ait mis fin à la partie, on s'était dit à ce moment qu'une partie plus longue aurait été favorable à Fred grâce à sa carte Banque de niveau 2 et au temple de Marduk. Mais j'aurais été le premier à jouer le tour suivant, et s'il ne prenait pas la tuile Jardin à ce moment, j'aurais pu le faire moi-même pour creuser encore plus l'écart.

 

1 Laurent 59
2 Frédéric 55
3 Mélanie 48

 

NightfallNightfall. Le jeu de cartes du moment qui désespère Fred car il ne gagne jamais. C'est Mélanie qui gagne… presque toujours. Alors que l'on réfléchit sur les cartes à inclure dans notre deck sur base des couleurs et des enchaînements, elle sélectionne les cartes simplement pour leurs effets (enfin ça, c'est ce qu'elle prétend pour nous narguer, hein ? Avoue !)
La première partie est difficile car aucune des cartes de ma réserve personnelle ne s'accommode avec les cartes de la réserve générale. Aucune, c'est peut-être un peu exagéré, mais je n'arrive pas à enchaîner plusieurs cartes et à suivre ceux de mes adversaires. Ce qui n'est pas le cas pour eux, c'est un miracle que je finisse avec si peu de blessures.
La deuxième partie voit Mélanie effectuer des enchaînements de trois ou quatre cartes avec les effets Pleine lune pour chacune d'elles. En ce qui me concerne, ça se passe plutôt bien pour moi, j'enchaîne des "Big Ghost" et des Sombre réveil. Grâce à mes "Big Ghost", je peux bloquer et je reçois assez peu de blessures que j'arrive à exiler avec mes deux "Genesis One." Par contre, je n'ai pas souvent l'occasion d'attaquer avec mes "Big Ghost" car s'ils frappent fort avec une force de 5, ils ne résistent pas à deux tours d'attaques avec leur résistance de 3. J'ai eu jusqu'à un total de 22 en force d'attaque, mais tout s'est évanoui notamment à cause de plusieurs cartes Mêlée générale (deux blessures à chacune de mes créatures) et lorsque je dois bloquer l'attaque de Mélanie, je suis obligé de prendre les cinq dernières cartes blessures.

 

1 Mélanie 7   1 Mélanie 5
2 Frédéric 9 (4;2)   2 Laurent 7
3 Laurent 9 (4;3)   3 Frédéric 11

Partager cet article

Repost 0
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 20:59

Deux jeux ce soir, un que j'aime beaucoup (Amyitis) et un que j'aime vraiment beaucoup (Norenberc.) De la belle mécanique dans les deux cas, pour des jeux qui gagnent en maturité. Plus je les pratique, plus je les apprécie.

 

Amyitis

Amyitis. Assez vite, mon père va accumuler trois cartes Jardiniers grâce à l'agriculture et après avoir planté. On est dans une situation où l'irrigation à haut niveau est trop risquée pour moi à faire, car je lui ouvrirais des opportunités pour planter. Je me suis donc contenté de planter aux niveaux 1 et 2 en déplaçant la caravane au mieux pour l'empêcher d'arriver sur les plantes exploitables.

Cette situation a généré deux adaptations : pour marquer des points, j'ai du monopoliser le temple de Marduk et investir dans les cartes Banques jusqu'à la dernière pour marquer idéalement de cette façon 4 PP par tour. Mon père, a dû lui améliorer sa carte Caravanier pour que j'arrête de l'embêter.

L'avantage de cette situation, c'est que je vais quand même planter souvent. Et même si ce sont des tuiles de niveau 1, je suis déjà assuré d'avoir le bonus de 5 PP à la fin de la partie. De son côté, il plante peu mais de plus belles tuiles.

On a eu deux tours consécutifs sans le moindre Ingénieur pour irriguer. Alors, j'ai passé très tôt pour le laisser dépenser ses talents pendant que moi, je vais en amasser jusqu'à onze. C'est absolument inutile à Amyitis d'être aussi riche, mais c'était juste pour que lui dépense les siens.

Je vais lors du dernier tour, ouvrir deux plantes de niveau 3 en irriguant pour être sûr d'en avoir une pour moi. Ce que je veux, c'est surtout finir la partie car il commençait à vendre ses ressources à Babylone pour 6 PP et cela aurait pu réduire mon avance si je laissais la partie durer.

Quatre tuiles pour lui et six tuiles pour moi.

 

1 Laurent 76
2 Fernand 57

 

Norenberc

Norenberc. La configuration de départ permet des gros gains d'argent grâce à la succession, dans les guildes, de futurs maîtres à gros écarts de valeurs. Et c'est en toute logique que cette partie a été plutôt facile au niveau des moyens financiers.

Dans une des chambres de la guilde des boulangers se trouve un Graveur. Lorsque son prix a baissé un peu, dans la deuxième manche, je vais tout faire pour le recruter ainsi qu'un autre Graveur qui est apparu chez les brasseurs. Un Graveur compte comme un blason de prestige supplémentaire pour le décompte final et m'accaparer des deux m'offre une liberté pour le reste de la partie, je dois seulement me concentrer à être désigné favori au moins une fois dans chaque guilde.

Mon père a recruté un Colporteur dans la troisième manche afin de gonfler virtuellement son stock de pâtisseries qui cotaient sept thalers pièce, j'espérais y remporter la majorité, mais après ça c'est tout simplement impossible.

Lors de la dernière manche, j'ai pu gagner la majorité chez les cordonniers uniquement grâce à l'aide d'un Voleur recruté chez les brasseurs avec trois bières. Après ça, il ne me reste qu'une seule bière mais c'est quand même suffisant pour être favori surtout que cette guilde a le blason de prestige. Évidemment pour faire ça, j'ai dû attendre que mon père passe faute d'agents disponibles mais à ce moment là, j'en avais sept et c'était facile de temporiser.

Une partie avec trois erreurs. Une qui m'a coûté la faveur d'une guilde et une autre qui lui a empêché de gagner suffisamment d'argent que pour avoir les 5 PP attribués au joueur le plus riche. Deux blasons de prestige de part et d'autre, les Graveurs ont été payants.

Ce qui m'amène à la dernière erreur : c'est qu'il ne faut surtout pas laisser filer deux Graveurs chez un même joueur… ne faites pas ça chez vous !

 

  Laurent Fernand
Bonus des citadins 0 0
Majorité des artisans     
—Brasseurs 6 3
—Boulangers 3 6
—Cordonniers 3 6
Valeur des artisans de 30+ 0 0
Tous les types d'artisans 5 5
Joueur le plus riche 5 0
Collection de blasons  20 9
TOTAL  42 29

 

Partager cet article

Repost 0
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 16:33

AmyitisAmyitis. Belle partie où j'ai parfois pris des risques en me disant : "Il ne va pas le voir, ça va passer." Et bien, ça n'est pas passé. J'ai été pauvre toute la partie et quand je passais très tôt dans l'espoir de faire rentrer les talents (la monnaie), il ne me laissait pas cette chance et préférait souvent arrêter de jouer lui aussi. Avec sa carte Banque, aucun problème pour lui.

J'ai quand même réussi à planter mes cinq tuiles jardin, mais lui aussi donc pas de différence de point de ce côté. Et ça sera d'ailleurs le seul moyen de récupérer des talents pour moi : les tuiles jardins donnant des pièces. Pour trouver des Points de Prestige, je vais essayer d'acquérir des cartes Palais, mais mon père fait la même chose dès qu'il peut et ce n'est pas comme ça que je vais le doubler.

Avec une telle différence de revenus, il peut recruter plus. Et donc, recruter plus de Prêtres. Ma présence dans les trois temples va se faire de plus en plus rare. Après avoir été dominé toute la partie, un écart de PP aussi petit est plutôt gratifiant.

 

1 Fernand 60
2 Laurent 56

 

KoggeKogge. Excellente partie de ce jeu excellent. Je vais commencer à rassembler des marchandises et ensuite faire un raid pour prendre possession de nombreuses fourrures. Mais pour économiser mes marchandises, je ne fais pas l'effort de rejoindre le Maître des Guildes et je fais juste des comptoirs.

Le principal fait de jeu est le raid effectué par mon père. Non pas contre une ville, mais contre moi. Mes réserves sont importantes : huit cubes de fourrure (orange), un de minerai (gris) et trois de sel (blanc). Je dois donc faire deux piles et lui laisser le choix de ce que je garde (un peu comme Fact or Fiction à Magic pour ceux qui connaissent.) Cette perte va me ralentir et lui donner un gros coup d'accélérateur. Surtout qu'il possède déjà le jeton bonus lui réservant une route secrète vers le Maître des Guildes où qu'il soit.

Je vais emporter les enchères pour ce qui va devenir le dernier tour de jeu car je veux mettre le Maître des Guildes deux villes plus loin, car il gagne si il n'est déplacé que d'une seule. Mais… je n'avais pas vu qu'il gagnait aussi s'il allait dans la seconde. Après avoir fait du commerce, il peut échanger au Maître des Guildes six cubes de marchandises identiques et gagner ainsi son second jeton bonus.

On ne peut pas ne pas penser à tout… enfin si tu peux, mais alors tu ne gagnes pas. J'ai de plus en plus envie de le présenter à d'autres afin d'y jouer à plus de deux joueurs pour voir ce que peuvent donner les raids, plus de concurrence sur les marchandises et une fin éventuelle aux points de victoire plutôt qu'aux points de développements. Avis aux amateurs…

 

    Comptoirs Bonus TOTAL
1 Fernand 3 2 5
2 Laurent 4 0 4

 

AssyriaAssyria. Durant cette partie, je n'ai jamais été le premier joueur. Le choix des cartes était tel que mon père a su rester premier tout en nourrissant ses huttes sans trop de problèmes. L'avantage est qu'il contrôle la partie en choisissant ses territoires avant moi et comme j'avais placé ma ziggurat de départ au sud à côté de la sienne dans le but de le gêner, celui qui est gêné, c'est plutôt moi.

Je vais gagner le premier décompte à Assur après la première crue, mais pour les deux suivants, je ne sais pas rivaliser car mes gains en chameaux sont trop bas pour le concurrencer sur cette voie.

Je vais donc multiplier le nombre de mes ziggurats et leurs étages à chaque fois que c'est possible. Mon optique de grimper sur l'échelle des offrandes pour bénéficier d'un gros multiplicateur. Mais ça n'a pas marché, n'ayant pas suffisamment de chameaux. Je gagne quand même pas mal de points avec au final trois ziggurats complètes et une en cours de construction, mais les points gagnés par mon père à Assur en plus celle de ses huttes toujours plus nombreuses sont supérieurs.

 

1 Fernand 92
2 Laurent 90

Partager cet article

Repost 0
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 08:02

Deux parties ce soir avec mon père qui avait réclamé de jouer à Kogge, et j'ai moi ensuite proposé pour terminer Amyitis. Deux titres très appréciés par nous deux.

 

KoggeKogge. Dès le départ, et avant même de miser pour la première fois, je planifie ma ligne de conduite pour les deux prochains tours. C'est chose courante à ce jeu, la planification sur plusieurs tours est indispensable si on veut contrôler la partie.

Ma ville de départ est Kopenhagen et je prévois de faire un raid sur Danzig après être passé par Åbo. À Åbo donc, au début du deuxième tour, je mise deux marqueurs de routes 5+5 afin de mettre quatre nouvelles marchandises et en faire donc une cible intéressante pour un raid.

Je vais collecter les quelques ressources manquantes pour établir trois comptoirs en trois tours. En changeant un des marqueurs de routes d'une ville par un des miens face cachée, je peux décider où aller. Mais cet effort a épuisé mon stock de marchandises ainsi que les marqueurs de routes à ma disposition.

Pendant ce temps, mon père commence à accumuler les ressources de tous les types possibles et il n'a aucun mal à rejoindre directement le Maître des Guildes grâce au jeton bonus qui offre une route secrète directement vers lui. Il a gagné ce jeton lors d'une première rencontre assez tôt dans la partie.

J'essaie de calculer mes coups pour finir la partie en trois tours, mais la planification sur cette durée n'est pas forcément aisée et une donnée m'échappe. Je suis à court de ressource, et j'ai trop peu de jetons pour miser au début du tour. Pour essayer de jouer premier, je mise tout ce que je peux avec 0+3+5 mais avec un simple 8 mon père gagne l'enchère et déplace le Maître des Guildes hors de ma portée.

Il remporte la partie à ce moment en arrivant à Reval et en y établissant son quatrième comptoir. Et c'est parce que la règle du jeu arrête immédiatement la partie, car il pouvait aussi gagner son second jeton bonus en échangeant six cubes identiques au Maître des Guildes qui se trouvait aussi dans cette ville.

À Kogge, le jeu peut se terminer dans deux cadres de décompte bien distincts : chaque comptoir et jeton bonus vaut un Point de Développement et le premier à cinq remporte immédiatement la partie. Mais c'est uniquement si le Maître des Guildes n'a pas effectué deux tours complets autour du plateau et dans ce cas, la partie se joue en Points de Victoires. Points de victoires qui sont attribués selon le nombre de comptoirs (10 PV), jetons (20 PV), raids non utilisés (10 PV) et les ressources en notre possession (de 1 à 7 PV selon le type.)

C'est un peu frustrant d'écrire un compte-rendu sur ce jeu car je sais qu'il est quasi inconnu et que la plupart de ceux qui liront ceci n'y comprendront rien. Il y a plusieurs raisons à cela : édition artisanale avec un look "fait-main" loin des standards actuels et il n'est pas facile de trouver ce jeu dans les circuits de distribution traditionnels. Le seul moyen est de chercher sur le net ou le marché de l'occasion. De plus, la complexité des règles n'en fait pas vraiment un jeu grand public. Malgré ces défauts, c'est dommage que ce jeu ne soit pas plus reconnu car c'est véritablement (à mon humble avis) une petite merveille. Voir ce jeu dans une édition soignée avec un matériel digne de ses qualités est un petit peu mon phantasme ludique.

 

  Fernand Laurent
Comptoirs 4 4
Bonus 1 0
TOTAL 5 4

 

AmyitisAmyitis. La partie fût un peu longue (dix ou onze tours), ce qui explique les points élevés. Longue, ne veut pas dire ennuyante, mais c'est parce que celui qui aurait irrigué permettait à l'autre de planter et faire gagner un bonus de fin de partie. Il a fallu attendre les conditions pour qu'un seul joueur le fasse à son propre compte.

Dans un premier temps, je suis devant car le meilleur irrigateur, meilleur planteur et je monopolise le temple de Marduk pour 2 Points de Prestige par tour. Mais cette avance sera rattrapée car mon père commence à collectionner les cartes Palais, les cartes Banquier et vend deux ressources à Babylone pour 6 PP. Quand il reprend l'avantage sur Marduk, je vais être mené au score jusqu'à la fin de la partie. 4 PP par tour (Carte Banquier n°3 et Marduk), ce n'est pas facile à rattraper et je vais devoir compter sur le bonus de fin de partie pour gagner.

Il craque finalement et décide de me laisser l'opportunité de planter et choisit plutôt de faire l'acquisition de la carte Palais qui donne 7 PP. Son calcul n'était pas si mauvais mais c'était sans penser à la situation dans le temple de Tammouz qui m'offrira une ressource lors de l'ultime procession et à la dernière irrigation que je vais faire juste avant de planter le jardin le plus haut pour reprendre le bonus d'irrigation à mon compte.

Sept tuiles jardins contre trois, je gagne 10 PP et on est tous les deux à 85. Les ressources qui nous restent dans nos stocks personnels finissent par nous départager.

 

1 Laurent 87
2 Fernand 86

Partager cet article

Repost 0
Published by Mildiou - dans Comptes-rendus Kogge Amyitis
commenter cet article
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 15:44

Grosse journée qui m'attend avec un après-midi chez mes parents et une soirée à la maison. C'est une période faste et les parties s'enchaînent, la saison des vacances a du bon. Vivement demain que ça recommence.

Au programme, deux jeux que je trouve figurant comme ceux les plus techniquement intéressants (Amyitis et Kogge), la grosse découverte du moment (Mégawatts), un de mes jeux préférés et des plus joués (Troyes) et une petite partie de Rattus, ça ne se refuse pas.

 

Amyitis. Je suis distancé aux points les deux premiers tours, mais je reviens en force lors du troisième en plantant deux fois. Ma légère avance au score se maintient alors que je reste le meilleur irrigateur et planteur. Mon père lui, collectionne les cartes Palais et Banque tandis que je me contente de la carte Banque n°1. La carte Chamelier n°2 me sera attribuée en plantant une tuile. Je suis à six tuiles, encore une seule et je serais à l'abri.

amyitis_cartes.jpgMes plans sont contrariés au dernier tour, où je suis pris de vitesse et il m'est impossible de planter pour la septième fois. Je dois donc faire une croix sur mes 10 PP de bonus de fin de partie. Mon père non plus n'aura pas de bonus car il plafonne à quatre tuiles. Mais je ne peux plus rien faire d'autre à part irriguer et l'écart des points diminue car il lui reste plusieurs chameaux et des ressources qui lui permettront de faire avancer encore deux fois la caravane pour gagner deux cartes Palais (pour 5 et 7 PP.) Et ce n'est qu'en remportant la procession finale que je passe de justesse devant et ensuite j'ajoute le petit bonus de 5 PP d'Amyitis.

 

1 Laurent 61
2 Fernand 54

 

KoggeKogge. Nous implantons nos deuxièmes comptoirs tous les deux lors du troisième tour, ça démarre plutôt vite. Je passe par une courte période où je suis limité dans mes mouvements et je vais finir pas céder à la tentation d'effectuer un raid sur la ville de Riga pour y voler les sept cubes de fourrure. Et dès le tour suivant, j'irais en échanger six au Maître de Guildes contre un jeton bonus. Je choisis celui qui me fait piocher au hasard un marqueur de route car je n'en ai plus que quatre à ce moment.

Nos progressions se font à la même vitesse et un raid est lui aussi effectué par mon père à Stockholm. Mais je vais essayer de jouer le premier pour contrôler les déplacements du Maître de Guilde, j'arrive à le conduire à Danzig, je lui échange trois marqueurs de routes contre un jeton raid, et j'effectue mon raid dans la foulée dans cette même ville et j'ai maintenant un stock de ressources frisant l'indécence

Toutes ces ressources me permettent de prolonger mes voyages et en payant trois cubes j'arrive sur Stralsund, offre les ressources requises, un marqueur de route de cette même ville et j'y établis mon quatrième comptoir.

 

1 Laurent 5
2 Fernand 4

 

MégawattsMégawatts. Nous écartons sur la carte de la France les régions est et sud-est. Je limite au plus strict mes dépenses pour les ressources, et n'achète des centrales que si elles me permettent un avantage net sur l'alimentation brute. Le charbon aura connu un prix très élevé pendant toute la partie et je ne vais en garder qu'une seule utilisant ce combustible, elle permet d'alimenter six villes et de stocker six charbons et je vais en acheter pour maintenir les prix élevés. Quand la centrale n°50 apparaît, je suis le seul à pouvoir l'acheter et je le fais au prix le plus bas.

Ces deux centrales seront complétées par la seule et dernière qui consomme des déchets ménagers (trois pour six villes) et je suis le seul sur cette ressource. J'ai maintenant un capacité brute d'alimentation de 18 villes et j'en ai à ce moment 12. Vincent est le premier à remarquer que l'on rentre peut-être dans le dernier tour. Je suis premier dans l'ordre du tour, ce qui veux dire que je vais connecter de nouvelles villes en dernier mais ils ne savent pas combien j'ai d'elektros.

Les fonds leur restant à ce moment ne leur permettent que de construire au mieux deux ou trois nouvelles maisons alors que j'en ai à ce moment 148 et je vais pouvoir connecter cinq nouvelles villes pour 129 elektros.

 

    villes connectées villes alimentées
1 Laurent 17 17 19
2 Vanessa 15 15 15
3 François 14 14 9
4 Vincent D 12 12 3

 

Rattus 0Rattus. J'ai pu utiliser pendant presque toute la partie la combo Paysan et Marchand. J'ai donc beaucoup de cubes sur la carte, je deviens évidemment la cible prioritaire (j'aurais fait la même chose) mais l'abondance de mes cubes me permet des chances de survie importantes.

La dernière résolution de la peste se passe bien pour moi et j'arrive à me maintenir devant même si, contrairement aux autres, je n'ai aucun cube au Château.

 

1 Laurent 11
2 François 10
3 Vincent D 8
4 Vanessa 7

 

Troyes - LogoTroyes. Les cartes activitées qui vont se révéler sur les trois premiers tours sont pour les différents domaines d'activité : Religieux : DîmePrieurProcession. Militaire : DiplomateChasseTroubadour. Civil : BoulangerAubergisteSculpteur.

Le Boulanger ne peut véritablement profiter qu'au premier joueur, voire le deuxième. L'argent ne sera réellement abondant que chez Vanessa, ce qui nous donne des soupçons plutôt solides sur la nature de son personnage.

En ce qui concerne Vincent, la possession d'Henri Ier ne fait pas de doute non plus, et je vais faire tout ce qui est possible pour gagner ma troisième carte d'événement.

Troyes - Thibaut IITroyes - Le FlorentinTroyes - Henri ILes dés sont plus ou moins équitablement répartis chez nous trois, mais le joueur neutre va s'implanter de plus en plus dans le Palais des Comtes grâce à l'événement Conflit de succession. Dans le dernier tour, quatre dés rouges sont chez le neutre et la dernière vague de quatre dés noirs doit être prise en charge par Vincent pour le premier dé et par Vanessa pour les trois autres grâce à un 6 rouge obtenu avec un relancé et un point d'influence.

J'ai pu utiliser la Procession lors du troisième tour en achetant les dés adverses et gagner ainsi six Points de Renommée. Le reste de mon argent sera dépensé pour prendre la seconde place chez le Sculpteur. Un dernier placement sur le Troubadour me permet d'avoir mon sixième homme de métier pour Le Florentin, même si je sais que Thibaut II est aux mains de Vanessa et que je finis avec les caisses vides.

 

  Laurent Vincent D Vanessa
Points de renomée 24 27 18
Événements non contrés 0 1

1

Hommes de métier 19 5 8
Cathédrale 0 0 0
Thibaut II 0 1 6
Le Florentin 6 1 1
Henri Ier 3 6 0
TOTAL 52 41 34

Partager cet article

Repost 0
11 août 2011 4 11 /08 /août /2011 13:04

AmyitisAmyitis. Une partie à quatre joueurs. J'y avais déjà joué à deux (très bon) et à trois (très bon), et bien à quatre c'est très bon aussi. Mais il faut quand même y jouer un peu différemment. C'est plus difficile de prévoir la position de la caravane, alors on irrigue moins, histoire de ne pas laisser trop d'opportunité aux autres.

Les irrigations se sont faites de manière réfléchie par tout le monde, il n'y a pas eu beaucoup de "cadeau" et j'ai souvent dû le faire moi-même avant de planter lorsque les autres n'avaient soit ni assez de chameaux, ni assez de ressources. Je plante uniquement les tuiles qui me seront utiles sauf la dernière (ma cinquième) qui est une de niveau 1 mais qui me permet de gagner le bonus de fin de partie de 10 PP.

Je décide de ne pas investir dans les cartes Cour et donc de laisser les autres déplacer la caravane. J'y agirais de façon opportuniste et uniquement pour planter. Ma seule carte gagnée et le Banquier de niveau 1 que j'ai reçu en plantant au jardin.

Contrairement à mes précédentes parties d'Amyitis, on réalise ici des scores plus modestes mais qui sont aussi plus "normaux". On a compté le nombre de tours joués et il y en a eu sept. Auparavant, on devait certainement avoir des parties plus longues avec des scores dépassant 70.

 

1 Laurent 51
2 François 40 
3 Vanessa 30
3 Vincent D 30 

 

EVOEVO. Vie et mort au temps des dinosaures, enfin pas le notre, parce qu'il y a des humains dedans. Monde dans lequel il faut juste essayer de se trouver dans les bons endroits, pas trop chaud, pas trop froid (vous ave trop chaud ou vous ave trop froid ?) Et il ne faut pas hésiter à être agressif et attaquer les autres, mais attaquer nécessite des points de mouvements, et des points de mouvements, je n'en aurais pas.

Vincent et François pratiquent des enchêres dans le style "il n'y a pas à discuter" en se positionnant directement sur la valeur 6 du gêne convoité. Pour simplifier, il n'y a qu'un seul gêne que j'ai remporté que je voulais vraiment, tout le reste je l'ai pris parce que les endroits restant n'étaient pas chers. Du coup, j'ai reçu entre autre le gêne Poussée d'adrénaline et j'ai pu en apprécier toute sa puissance. Il permet de se placer librement sur la piste d'initiative et je vais donc jouer en premier pendant toute la partie, et ainsi compenser mon manque de mobilité en déplacant et en faisant les naissances avant tout le monde.

À côté de ça, Vanessa semblait la candidate la plus sérieuse à la victoire car la carte grouillait de ses dinosaures : six, sept, puis huit, il y en a partout. Avoir quatre, puis cinq points de mouvement, ça aide. Et pourtant, lorsque la météorite viendra mettre fin à la partie, je suis un peu étonné de voir que j'ai le plus de points de mutation. J'espèrais bien être deuxième, mais la première place me semblait hors de portée car je n'ai eu au maximum et au mieux que cinq dinosaures en jeu, et ce seulement pendant deux tours.

C'est la deuxième fois que je joue à EVO et c'est la deuxième fois que je me rends compte que ce n'est pas forcément nécessaire d'être agressif au niveau des enchêres, mais qu'il est plus judicieux de l'être sur la carte.

 

1 Laurent 32
2 Vanessa 29
3 Vincent D 25
4 François 21 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mildiou - dans Comptes-rendus Amyitis EVO
commenter cet article
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 11:52

Journée chez mes parents avec barbecue et des jeux au programme :

 

Magnum SalMagnum Sal. Exploitation du sel dans la mine de Wieliczka. Le tout est de veiller à ce que notre travail respectif ne profite pas trop à l'autre, et on a bien veillé à cet aspect tous les deux sauf une seule fois où j'ai pu récupérer un cube de sel vert sans pomper de l'eau ni payer pour le transport. J'ai juste mal anticipé la fin de la troisième et dernière période et il me reste trop de sel dans mon stock alors que je pensais pouvoir honnorer une dernière commande royale, je suis donc obligé d'en vendre deux au marché et les autres cubes me rapporteront juste trois points chacun. 

 

1 Laurent 107
2 Fernand 97

 

Amyitis.jpg

• Amyitis. Deuxième fois que j'y reviens en peu de temps et c'est un vrai plaisir de le présenter à mon père. Il apprécie et comprend où on va et où notre attention doit être requise. À deux reprises, il me souffle une belle plante de qualité 2 en déplaçant la caravane et je vais donc essayer de recruter les marchands autant que possible pour limiter ses mouvements, surtout que j'ai la carte chamelier numéro deux. Alors que les processions dans les trois temples ont très rarement été à mon avantage, j'ai su planter exactement sept fois (et donc gagner la faveur d'Amyitis) et j'ai également réussi à prendre possesion du Palais le plus prestigieux, ce qui m'a finalement permi de prendre la tête après avoir été mené pendant toute la partie. Plus j'y joue, plus ça me fait envie d'y rejouer.

 

1 Laurent 85
2 Fernand 72

 

Troyes• Troyes. Le jeu préféré de mon père et dans mon top 5.  Durant la partie, j'ai renforcé ma présence à l'Évêché et au Palais des comtes et je ne jouerais donc qu'avec un seul voire aucun dé jaune. Cette décision est d'autant plus facile que les cartes Moine (1D blanc —> 3D jaunes) et Prieur (1D blanc —> 2D blancs) sont disponibles. La carte civile Meunier me fournira donc de nombreux deniers, les dés rouges serviront à la Chasse pour le gain d'influence et deux fois pour le Banquet. Mes personnages étaient Le Florentin et Urbain IV que je n'ai pas su maximiser avec seulement trois Points de Prestige. Je n'ai pas du tout anticipé les deux personnages adverses, à savoir Chrétien de Troyes et Thibault II pour lesquels je ne marque que 1 PP chacun. La grosse différence au niveau du décompte se fait sur les hommes de métier avec 17 PP contre 3.

 

  Laurent Fernand
Points de renommée 18 19
Événements non contrés 2 0
Hommes de métier 17 3
Cathédrale 0 0
Chrétien de Troyes 1 6
Urbain IV 3 3
Thibaut II 1 6
Le Florentin 6 1
TOTAL 48 38

 

Et en soirée :

Agricola• Agricola. On joue avec le deck K, et les règles d'échange 3-1 et 7 parmi 10. J'essaie de moins me focaliser qu'à mon habitude sur les cartes et cherche avant tout à développer ma maison pour faire deux naissances dès que possible et je profite ainsi de plusieurs tours avec quatre actions alors que tous les autres n'en ont encore que deux. Une combo intéressante avec les cartes Épuisette et Tâcheron me permet d'utiliser la carte d'action Roseau + Pierre + 1 PN très avantageusement, et la pierre collectée me permet de construire le Puits très tôt en deuxième période. Je finis avec une maison en pierre de cinq pièces et cinq membres de ma famille, un seul champ et trois pâturages dans lesquels sangliers et bœufs paissent. Mon manque de mouton est palié grâce à la carte Cheval (1 PV au lieu de -1.) Je finis avec un gros stock de bois, mais je n'ai pas su occuper la case permettant de construire des étables.

 

  Laurent Vincent B Vincent D Vanessa
Champs -1 4 3 2
Pâturages 2 -1 2 4
Céréales 1 4 3 1
Légumes -1 4 2 -1
Moutons 1 1 3 2
Sangliers 2 2 -1 3
Bœufs 2 -1 -1 2
Cours inutilisées -6 -4 0 -4
Étables clôturées 3 0 0 0
Cabane en argile 0 0 0 0
Maison en pierre 10 6 0 0
Membres de la famille 15 15 12 6
Points des cartes 7 1 0 3
Points spéciaux 0 0 0 0
TOTAL 35 31 23 18

 

Aloha• Aloha (chez Darwin Project.) Un petit jeu très tactique dans lequel on doit déplacer nos bateaux d'une île à l'autre et y transporter un Tiki pour gagner. Les règles de déplacement et les tuiles sur lesquelles ont se positionne font tout l'intérêt du jeu.

 

1 Laurent  
2 Vanessa  
2 Vincent B  
2 Vincent D  

Partager cet article

Repost 0
5 août 2011 5 05 /08 /août /2011 13:58

AmyitisAmyitis. J'avais lu quelque part que Grunt disait qu'à Amyitis, tout était question de tempo. Et bien, vous savez quoi ? Il a raison (mais qui en doutait, hein ?) Très vite dans la partie, je me suis mis dans une sale situation en attendant trop à chaque fois pour prendre les cartes Cour et je suis donc condamné à ne pas avoir de meilleure carte Caravane, l'accès au cartes Palais m'est impossible et seule la carte banque donnant deux talents m'est encore accessible mais j'ai tant de choses prioritaires à faire que je n'irais jamais la chercher.
Pour palier à ces manques, je vais chercher les points là où ils se trouvent; je vais irriguer souvent, et à part deux irrigations, elles ont toutes été posées par moi, et j'ai usé de la vente de ressources à Babylone pour gagner 6 Points de Prestige à chaque fois que c'était possible. Et pour ne pas me faire distancer, ma présence au temple de Marduk est indispensable pour grappiller 2 PP par tour.
La partie fut très intéressante, et le gagnant n'a planté que deux fois (tout en monopolisant les cartes Jardinier) alors que la dernière l'a fait onze fois. Je n'ai su le faire que trois fois, ratant ainsi les faveurs de fin de partie. Le gagnant a aussi réussi à prendre jusqu'à la dernière carte Palais. Avec ces trois manières fort différentes de jouer, Amyitis prouve encore qu'il est un jeu extrêmement ouvert. Vraiment très très bon.

 

1 Vincent D 77
2 Laurent 67
3 Vanessa 54

 

Un monde sans finUn monde sans fin. Et voici tout le contraire, impossible de planifier quoi que ce soit. Le jeu est très scripté, un véritable scénario, et une éventuelle stratégie est mise à néant par l'apparition d'une simple carte. J'aime quand un jeu génère de la frustration, mais il faut que cela soit une composante du jeu et que cette frustration pousse à explorer de nouvelles pistes de développement. Ici il n'en est rien, quand tu as des problèmes, et bien tu continues à avoir des problèmes.

 

1 Vanessa 38
2 Vincent D 36
3 Laurent 26

Partager cet article

Repost 0

Présentation

  • : Jeu joue donc jeu suis
  • Jeu joue donc jeu suis
  • : JJDJS : comptes-rendus de parties et avis. Les découvertes ludiques d'un petit groupe de joueurs de Mons, en Belgique.
  • Contact

Présentations de jeux et avis

 

 

Recherche

Bilans et courtes descriptions

Tags

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...