12 mai 2012 6 12 /05 /mai /2012 22:32

Banner - Inca Empire

 

Inca Empire plateau

Plateau pour quatre joueurs.

  Inca-Empire---Soleil---Henk-Rolleman.jpgPhase du Soleil. Une carte influe sur les deux joueurs représentés par les lignes adjacentes de couleur. (*)

Inca Empire. Tahuantinsuyu, terre des quatre régions. Tahuantinsuyu était le premier nom de ce jeu sorti en 2004 en autoédition. Il a été retravaillé par White Goblin Games pour ressortir en 2010 avec un matériel superbe sous le nom d'Inca Empire. Je suis en possession de ce jeu depuis le mois d'avril 2011 et je n'en avais pas encore fait de partie jusqu'à aujourd'hui. C'est un cas unique dans ma ludothèque, j'avais planifié de nombreuses fois d'y jouer, mais il faut être obligatoirement trois ou quatre joueurs. L'occasion et les envies ne se sont jamais rencontrées.

 

C'est un jeu de réseau. Les joueurs œuvrent en commun pour la grandeur de l'Empire Inca et ont chacun à leur charge une suyu (région) qu'il faut développer au gré des quatre ères du jeu. Ces quatre ères sont structurées différemment selon quatre ères historiques. La succession des phases de jeu est illustrée en haut à droite sur le plateau ci-contre. Par exemple pour la seconde ère (Topa Inca Yupanqui), nous avons trois périodes qui se découpent chronologiquement en ces phases : phase de l'Inca, phase du soleil, phase de peuple, phase du soleil, phase de peuple et phase de Sapa Inca.

 

L'aspect classique de ce jeu est la pose de bâtonnets représentant nos routes ainsi que la construction de cités, garnisons, temples et terrasses. Un autre aspect, inédit celui-ci, est la phase du soleil où l'on doit jouer des cartes qui vont influencer deux joueurs pendant une période déterminée de la partie (jusqu'à une phase de Sapa Inca.) Ces cartes sont soit bénéfiques soit problématiques et sont jouées dans l'ordre du tour. Le dernier sur la piste de score est le premier à jouer et l'ordre du tour est redéfinit au début de chaque phase du soleil. Il faut donc veiller à ne pas être mal placé sur la piste de score selon les cartes que l'on aimerait jouer car un emplacement ne peut accueillir qu'une seule carte par phase du soleil. Une chose vraiment unique que je ne pense pas savoir exister dans un autre jeu.

 

Votre rôle en tant qu'Apu sera de faire croître l'estime que vous porte le divin empereur en faisant tout votre possible pour favoriser l'extension et le développement de l'Empire.

 

Historiquement, la vie des Incas, reposait sur trois piliers : le Gouvernement (phase de l'Inca), la Religion (phase du Soleil), et le Peuple (phase du Peuple.) En qualité d'Empereur de droit divin, Sapa Inca accordera, lors des phases de score, des points de victoire aux joueurs méritants.

  Inca-Empire---Henk-Rolleman.jpgCités (jetons bleus), garnisons (jetons oranges) et temples (cubes jaunes) rapportent des PVs aux propriétaires des réseaux connectés. (*)

 

Les points de victoire (PVs) sont marqués à chaque phase de Sapa Inca. Il suffit de connecter les sites construits (par nous ou non) à notre réseau. Chaque site connecté rapporte des points à chaque phase de Sapa Inca. La difficulté est de placer au mieux nos routes pour rejoindre les réalisations adverses et les empêcher de faire la même chose avec les nôtres.

 

Les actions de développement (phase du peuple) demandent de la main d'œuvre représentée par des jetons ouvriers qui sont gagnés à chaque phase de l'Inca. Selon les territoires conquis et l'ère en cours, les gains en ouvriers différent d'un joueur à l'autre. Une particularité toutefois, le joueur le plus faible doit être aidé par le joueur le plus fort qui lui donne des jetons ouvriers. C'est la mit'a qui rappelle à tous que nous travaillons pour le bien commun de l'Empire. Mais il y a d'autres moyens de se procurer de la main d'œuvre, comme la conquête ou la construction de terrasses.

 

Inca EmpireEt que s'est-il donc passé dans cette partie ? Ne sachant pas très bien comment faire pour "bien" jouer, on part dans des styles de jeu différents. Mélanie se spécialise plutôt dans les garnisons, Fred fonce vers le sud pour essayer de rester seul et je me rapproche des villes justes au nord de ma suyu.

Une chose que j'ai été le seul à faire, c'est construire des terrasses. Une terrasse demande deux ouvriers, ne rapporte qu'un seul PV lors de sa réalisation, mais elle fournit surtout un ouvrier et un PV à chaque phase de l'Inca. C'est donc moi qui vais avoir le plus de jetons ouvriers durant le cours de la partie alors que c'est moi qui ait finalement le moins conquis de territoire.

Si j'ai moins conquis de territoires, c'est aussi pour ne pas gagner trop de PVs trop tôt. Cela peut paraître contre-productif mais c'était surtout pour rester le dernier joueur sur la piste de score. Le joueur qui a le moins de points est le premier à jouer jusqu'à la prochaine phase du soleil. Et c'est justement pour cette phase qu'il est intéressant de jouer le premier.

Cette phase du soleil est vraiment géniale et c'est ici que les stratégies peuvent être contrariées. Car on peut y jouer des cartes positives comme des cartes négatives. Comme par exemple Mélanie qui m'impose une Épidémie (1) alors que j'allais construire deux cités après avoir construit mes routes jusqu'à Huanuco Pampa et Pachacamac.

Mais le plus sale coup à avoir été fait vient de moi avec la pose d'un Trouble rural (2) qui a affecté Mélanie et Fred. Ce dernier va perdre cinq ou six routes et les conséquences sont doubles : moins de PVs gagnées lors de la phase de Sapa Inca (seules les réalisations connectées à Cuzco sont comptées) et une perte de temps pour tout reconstruire.

Une fois que j'ai créé des cités au nord, plutôt que de partir seul dans cette partie du plateau, je suis descendu pour m'incruster dans le réseau de Mélanie. Elle a plusieurs garnisons et en m'y connectant, je récupère deux PVs pour chacun de ceux-ci à chaque phase de Sapa Inca.

Pour m'empêcher de relier ses réalisations, Fred essaie de me freiner en plaçant des routes devant moi ou bien avec des cartes comme El Niño (3) ou Éclipse solaire (4), mais il y a heureusement quatre cartes Route sauvage (5) dans le deck qui vont me permettre de trouver une voie pour toucher au but.

Je crois que c'est ça la clé du succès à Inca Empire ; marquer des PVs seul mais surtout gagner les même PVs que les autres en complément. Avec les cités de Fred au sud auxquelles je me suis relié, les PVs ont commencé à être de plus en plus nombreux. Je passe en tête lors de la troisième ère (Huayna Capac) et je vais le rester jusqu'à la fin. Pour rester devant, je construis des temples qui n'ont jamais été rejoints par les autres et je continue à ajouter des terrasses.

Pour cette première partie, Inca Empire m'a laissé une très bonne impression, ce qui se laisse deviner vu la longueur de cet article. J'ai bien apprécié ce jeu de train jeu de construction d'empire historique.

 

(*) Photos de Henk Rolleman sur Board Game Geek.

 

Petit lexique :

(1) Épidémie : Construire une Cité lors de la phase du peuple requiert deux jetons ouvrier supplémentaires.

(2) Trouble rural : À la fin de chaque phase du soleil, détruisez toutes les routes dont une partie au moins est construite dans une région non conquise.

(3) El Niño : Vous devez construire une route de moins que prévu lors de l'action de construction de routes.

(4) Éclipse solaire : Si vous choisissez de construire un temple, vous ne pouvez pas effectuer l'action de construction de routes.

(5) Route sauvage : L'une des routes que vous construisez lors de la phase du peuple peut être placée entre deux sites quels qu'ils soient.

 

Laurent   Chinchasuyu 156
Mélanie   Antisuyu 126
Frédéric   Qollasuyu 112

 

CaylusCaylus. J'ai été le premier au château et je n'y suis retourné par la suite que seulement si j'étais assuré de remporter la faveur liée à la construction. Beaucoup de bâtiments se construisent et la route avance bien au-delà de la position du Bailli. Les positions sur la piste de score sont plus ou moins proches jusqu'à ce qu'on arrive au décompte des murailles. Mélanie est légèrement en arrière et je prépare mon coup pour distancer Fred.

Avec trois résidences construites, je ne crains plus de manquer de deniers. Je commence à stocker de la pierre et je suis le seul à posséder de l'or. J'ai donc choisi de construire la Cathédrale (25 PPs) plutôt que le Monument (14 PPs + 2 faveurs) car les autres lignes des faveurs ne sont pas suffisamment développées pour en retirer un gain intéressant.

J'ai de toute façon bien besoin de ces 25 PPs car Fred va en gagner au moins cinq par tour en essayant de monopoliser le Champ de joute. Il choisit à chaque fois la première ligne qu'il a développée très tôt. En plus de ça, il active l'Église (2/4 deniers—>3/5 PPs) dès que c'est possible  pour continuer à gagner des points.

Il me rattrape peu à peu, mais il doit aller au château pour être sûr de passer devant… et il oublie de le faire. Il se rend compte alors qu'il vient de se priver lui-même d'un nombre de points qui risque de le faire perdre. "Il Grande Couinatore" entre en scène et nous sort le grand jeu jusqu'à ce qu'il finisse sournoisement de me persuader que je ne peux plus perdre. Sauf si je fais une erreur.

Et j'en ai fait deux. La première et de ne pas avancer le Prévôt d'une seule case devant le Bailli pour qu'il arrive sur la case déclenchant le décompte des tours et donc la fin de la partie. J'avais l'avantage à ce moment, mais j'ai fait une approximation grossière sur le total de mes ressources en pensant que je n'avais pas assez pour tout faire. Et la dernière erreur était de ne pas occuper l'Église avant lui lors de ce dernier tour cadeau.

Bravissimo Fred, et pas seulement pour ses talents de comédien, mais pour avoir su exploiter de manière optimale la première ligne des faveurs.

 

Frédéric 116
Laurent 111
Mélanie 76

Partager cet article

Repost 0
30 mars 2012 5 30 /03 /mars /2012 22:43

Ce soir encore, les enfants ne souhaitent pas de nouveau jouer à 7 Wonders. Mais cette fois, c'est Nicolas qui veut jouer aux Aventuriers du rail et non Élisa qui demande pour sortir quelques boîtes de Dominion. S'en suivra une longue partie de Caylus à cinq joueurs.

 

Dominion 5 AbondanceDominion. Avec les boîtes d'Intrigue, RivagesAbondance. Élisa et François misent tout sur l'achat de deux Cartes au trésor avec un succès rapide tandis que je choisis plutôt d'investir massivement dans les Quais et les Nobles. C'est une association qui m'assure un flux constant de nombreuses cartes. L'autre carte qui a été prépondérante dans cette partie est le Tournoi. Il ne restera plus qu'une seule carte prix à la fin.

 

Intrigue Chambre des secrets, Bazar, Bourreau, Nobles, (Pion.)
Rivages Carte au trésor, Île, Quai.
Abondance Corne d'abondance, Jeune sorcière, Tournoi.
Colonies ? NON

 

Laurent 40
Élisa 33
François 32

 

Aventuriers du rail EuropeLes aventuriers du rail Europe. Sur l'autre table, où est assis mon fils Nicolas qui est survolté par le début des congés scolaires, c'est donc une nouvelle partie après celle de la dernière semaine.

Il y a eu des blocages à l'encontre de Nicolas (le petit) qui a su trouver son chemin grâce à quelques petits détours, mais pour Vincent c'est plus compliqué puisqu'il est obligé de renoncer à son gros objectif.

 

  Nicolas G Vanessa Nicolas Vincent D
Piste 61 47 45 47
Objectifs (+) 31 36 29 15
Objectifs (-) -7 -8 0 -29
Bonus 10 0 0 0
Gares 12 12 12 12
TOTAL 107 87 86 75

 

CaylusCaylus à cinq joueurs n'est pas un modèle de fluidité, surtout pour une première partie, ce qui est le cas de Nicolas G. J'apprécie beaucoup ce jeu mais je dois bien avouer que je préfère y jouer à moins, ne fût-ce qu'à quatre.

J'ai fait une utilisation agressive du Prévot lors du deuxième tour qui m'a valu la vindicte de Vanessa qui a mis ensuite toute son énergie à me freiner plutôt que de viser à son propre développement. Ce qui, sur le long terme, lui a été très pénalisant.

Il est difficile d'enchaîner les faveurs gagnées au château avec un tel nombre de joueurs, et les constructions sont un moyen de compenser. Il y en a eu beaucoup, toujours au moins un ou deux après la position du Bailli. Dans le dernier tiers de la partie, je mise tout sur le fait d'être le seul à posséder un bâtiment de prestige. J'ai juste le temps de collecter deux cubes d'or et surtout de construire l'Architecte que j'ai donc été le seul à utiliser. Avec quatorze points de prestige et deux faveurs gagnés en construisant le Monument, je prend une avance suffisante.

Si plusieurs joueurs s'étaient concertés pour m'empêcher de le faire, en remontant au delà de l'Église que j'ai également activée, et pas seulement en me bloquant l'accès à l'Architecte, la victoire aurait été pour François.

 

Laurent 70
François 57
Vincent D 54
Nicolas G 52
Vanessa 33

Partager cet article

Repost 0
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 09:44

Je commence avec une partie de Small World en attendant Meredith et Christian qui sont disponibles pour une après-midi de jeu avec mon père. Le choix du jeu est évident et fait l'unanimité avec ce groupe : c'est Norenberc. Ils sont même disponibles pour la soirée et comme mon père veut évidemment continuer à jouer, on poursuit avec Caylus. Le dernier jeu de la soirée a été Coney Island.

 

Small World 0•  Small World iPad. Si les cinq premiers tours se jouent au point près, un passage en déclin prématuré de la part mon père et surtout une entrée sur le plateau des ses Kobolds par le mauvais côté, ont commencé à créer l'écart. Mon peuple en déclin est encore très présent, et mes Mi-portions bloquent le passage. Avec une douzaine de points par tour, il est difficile pour lui de revenir.

 

1 Laurent 126
2 Fernand 90

 

NorenbercNorenberc. Ha, une partie de Norenberc à quatre ou cinq joueurs est toujours un événement pour moi, j'adore ce jeu dans ces configurations. Et aujourd'hui, nous avons Meredith à la table qui y joue très bien. Les scores les plus élevés, c'est elle qui les fait. Gagner les faveurs des quatre guildes dans une partie à trois joueurs, c'est elle qui fait ça. Alors, l'objectif ici est de faire au mieux pour être pas trop loin derrière elle.

Mais bon voilà, il y a des fois ou ça ne va pas pour elle… ou plutôt, il y a des jours où ça va mieux qu'à l'habitude pour moi. À deux ou trois joueurs, je me débrouille plutôt bien à Norenberc et c'est habituellement à quatre ou cinq joueurs que je patauge un peu.

Je me suis surtout concentré sur la guilde prestigieuse de chacune des quatre manches et je vais parvenir à mes fins à trois reprises. C'est donc avec mes vingt points pour ma collection finale de blasons que je fais le plus gros du travail.

Le Colporteur (1) va être utilisé deux fois (par Meredith, puis Christian) pour gagner un blason d'une guilde. J'ai usé du Voleur (2) pour subtiliser deux tissus à mon père et gagner les faveurs des tisserands, même si en ce faisant, je l'ai rendu plus riche que moi (avec l'assurance vol) pour laisser filer celles des brasseurs. Un Graveur (3) a rejoint les rangs de Fernand et j'ai accueilli un Apprenti (4) qui, au final, ne me rapportera qu'un seul point. J'ai aussi été aidé par mon Banquier (5) qui m'a permis de devenir encore plus riche avec deux thalers supplémentaires à la fin de la première manche et quatre à la fin de la troisième.

La bière valait deux thalers lors de la deuxième manche et six lors de la troisième. J'ai réussi à avoir la presque totalité de cette marchandise entre mes mains, et je vais être le seul à gagner beaucoup d'argent. Je vais en utiliser deux pour recruter chez les boulangers, et le tour suivant, vendre cinq bières chez les brasseurs pour trente thalers, et dans la foulée racheter les deux bières que j'ai placé chez les boulangers pour huit thalers. En faisant ça, je reste riche et je suis le majoritaire pour gagner les faveurs des brasseurs à la fin du tour car les brasseurs ont le blason de prestige.

Christian et Meredith se tirent dans les pattes, ce qui nous laisse, à mon mon père et à moi, le champ libre pour arriver à nos fins. C'est à l'issue d'une partie discrète que mon père va gagner les deux blasons qui lui manquaient et les artisans nécessaires pour avoir les cinq points qui récompensent la possession d'au moins un artisan de chaque guilde.

 

(1) Colporteur : Ajoute trois marchandises virtuelles.

(2) Voleur : Vole deux marchandises chez un autre joueur qui touche une compensation financière.

(3) Graveur : Compte comme un blason de prestige.

(4) Apprenti : Donne un PP supplémentaire en cas de 2ème ou 3ème place dans le calcul des majorités.

(5) Banquier : Ajoute deux thalers par tranche de dix possédés lors de la collecte des revenus.

 

  Laurent Fernand Christian Meredith
Bonus des citadins 0 0 0 0
Majorité des artisans        
—Brasseurs 4 5 0 1
—Boulangers 0 1 5 3
—Cordonniers 5 0 1 3
—Imprimeurs 5 3 0 1
—Tailleurs 5 3 0 0
Valeur des artisans de 30+ 0 0 0 0
Tous les types d'artisans 5 5 5 5
Joueur le plus riche 0 0 5 0
Collection de blasons 20 14 2 5
TOTAL 44 31 18 18
(Nombre d'artisans)     (9) (7)

 

CaylusCaylus. Je dois expliquer les règles à nouveau car Meredith et Christian n'y ont joué qu'une seule fois il y a plus d'un an. Dès le premier tour, je manipule le Prévôt pour empêcher tous les bâtiments de fonctionner. Après ça, je vais avoir les autres joueurs qui vont me choisir comme cible lorsqu'il est possible d'embêter quelqu'un sous prétexte que je suis le plus expérimenté à ce jeu. Ce qui est plutôt compréhensible, et ce qui m'a bien gêné. La chose la plus fréquente qu'ils ont faite, c'est de passer dès que j'étais juste financièrement et m'empêcher de rester premier joueur.

Ils construisent beaucoup de bâtiments en bois, et lorsque les premiers bâtiments en pierre arrivent sur la route, ils sont trop loin pour espérer être activés sans risque. Vu la profusion de bâtiments en bois, je m'adapte en allant au Château le plus souvent possible et compenser la perte de points que j'ai, puisque je n'ai construit qu'un seul de ces bâtiments pour ma part.

Christian commence à collecter très tôt des cubes d'or et ses Résidences sont en place, il ne fait aucun doute qu'il sera le premier à constuire un bâtiment de prestige. À cause de ma place dans l'ordre du tour, l'accès à l'or m'est difficile via les bâtiments et je vais progresser sur la piste des faveurs qui fournit des matériaux afin de m'en procurer par ce moyen.

La Bailli est presque au bout de son parcours et Christian construit la Cathédrale : 25 Points de Prestige juste avant la fin du tour et il a avancé le Prévôt pour que le Bailli accélère encore vers la fin de la partie, ce qui est une très bonne idée pour augmenter ses chances de finir à la première place. Ça va être tendu pour la fin.

Pour que j'aie une chance de le dépasser, je dois : construire le Monument (14 PP et 2 faveurs), construire un bâtiment en pierre pour 6 PP et construire le dernier bâtiment en bois qui donne 4 PP : le Marché. Évidemment, Meredith va m'empêcher de construire ce dernier, et après les couinements d'usage, je m'aperçois que la Banque (2 deniers —> 1 or / 5 deniers —> 2 ors) est disponible et qu'il me reste tout juste deux deniers. 3 PP au lieu des 4 escomptés, ça suffira.

Voici un jeu excellent auquel on ne joue vraiment pas assez. Mais dans quelques jours, il sera disponible sur iPad, de quoi remédier un peu à ça.

 

1 Laurent 78
2 Christian 75
3 Fernand 61
4 Meredith 50

 

Coney IslandConey Island. J'apprécie beaucoup ce petit jeu au matériel très sympa. Mon père et Meredith vont le découvrir et elle va ainsi voir quel est le jeu avec lequel son fils nous a battus mardi dernier. Pour une courte description, je vous renvoie donc à notre première partie.

C'est justement en suivant l'exemple de Tim que je vais privilégier la pose sur le parc de ma troisième famille d'artistes : celle qui donne des cubes de construction. Je vais avoir beaucoup de cubes et je peux donc à deux reprises placer des attractions, gagner des points, mais surtout remballer vers leurs roulottes les artistes de mes adversaires.

J'ai placé les miens sur des positions assez éloignées et je diminue les risques que l'on me fasse la même chose, mais comme ils vont se mettre à plusieurs pour le faire (et c'est normal), je vais me retrouver dans la même situation qu'au début de la partie : aucun artiste sur le parc et des revenus au plus bas.

Mais j'ai une grande avance en points et j'ai collecté quelques journaux. Le reste de la partie sera pour moi l'occasion de grappiller des points là où ils sont de manière moins spectaculaire qu'avec des attractions : un ou deux journaux de plus, en construisant des parcelles, ou bien encore avec le personnage du Promoteur (1 liasse —> 2 PV.) Évidemment pendant cette période maigre, les autres me rejoignent et me dépassent même sur la piste de score.

Toutes les parcelles sont sur le parc mais la partie va se terminer en plaçant une attraction, Meredith récupère ainsi ses artistes et n'aura pas de malus pour ceux encore présents dans le parc, contrairement à mon père qui lui, en laisse quatre.

 

  Laurent Meredith Christian Fernand
Piste 36 39 40 31
Journaux 12 5 2 8
Artistes -2 0 -2 -8
TOTAL 46 44 40 31

Partager cet article

Repost 0
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 15:17

CaylusCaylus. Ça faisait longtemps qu'il n'y avait plus joué, mais mon père me réclame une partie de Caylus. C'est un de mes jeux préférés, un modèle du genre "je pose mon ouvrier ici pour avoir des cubes que je transforme en des trucs qui font gagner des Points de Prestige."

Partie classique avec des bâtiments (un peu plus pour moi) et de la construction au château. Je progresse plus vite sur la quatrième ligne des faveurs (celle des bâtiments) et je vais accumuler d'énormes quantités de ressources que je vais transformer en bâtiments prestigieux.

Lors du décompte des murailles, je vais réaliser l'enchaînement Église-Résidence-Église que j'avais vu faire sur BrettSpielWelt :

- Avoir construit préalablement l'Église (3 PP + 1 Faveur).

- Remporter la faveur à la phase de construction pour remplacer l'Église par une Résidence.

- Utiliser une faveur du décompte d'une section du château pour construire à nouveau l'Église.

Beaucoup de bâtiments sur la route donc, dont cinq bâtiments de prestige quand même. Trois pour moi : Monument (14 PP + 2 faveurs), Cathédrale (25 PP), Université (14 PP + 1 faveur.) Et deux pour lui : Théâtre (14 PP + 1 faveur), Tisserand (12 PP.)

Voilà. C'était surtout une partie 'piqûre de rappel' pour mon père, et si je n'ai pas vraiment été inquiété sur l'issue de la partie, finir avec 121 PP, c'est quand même pas mal.

 

1 Laurent 170
2 Fernand 121

Partager cet article

Repost 0
Published by Mildiou - dans Comptes-rendus Caylus
commenter cet article
23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 07:30

Soirée au club Esprits joueurs. Ce soir, les amateurs de Kûbenböa sont nombreux et on va faire deux tables : la première avec Mégawatts sur la carte de la France (le Québec aurait-il laissé des souvenirs douloureux ?  ) C'est de la folie pour ce jeu en ce moment, on l'a tous découvert en même temps et tous apprécié, on a d'ailleurs déjà planifié des parties la semaine prochaine avec des anciens du club qui ont Funkenschlag et pour qui notre intérêt pour ce jeu leur a donné envie de le ressortir. Bon, revenons-en à la soirée : je m'installe avec deux autres sur la table d'à côté pour une partie de Caylus.

 

CaylusCaylus. La partie fut rapide. D'une part parce que Mélanie et Fred ont construit beaucoup de bâtiments (surtout en bois) et d'autre part parce que je suis souvent allé au château. La construction des bâtiments était tellement soutenue qu'il y en avait toujours au moins un ou deux après la position du Bailli, ce qui veut dire que les bâtiments en pierre sont arrivés tard et souvent hors de portée.

 

Dans cette configuration, une manière de s'adapter et de profiter de cette abondance de ressources (notamment les deux Fermes en bois) est d'aller autant que possible au château. J'arrive à maintenir de cette manière une légère avance devant Fred.

 

En me plaçant en fin de route et en déplaçant le Prévôt, j'arrive à collecter suffisamment de pierre et d'or pour être le premier à construire un bâtiment de prestige : le Monument qui donne 14 PP et deux faveurs. Et des bâtiments de prestige, il n'y en aura que trois de construits lors de cette courte partie : la Statue pour Fred et le Grenier pour Mélanie.

 

J'ai ensuite encore accéléré le cours du jeu parce que j'ai presque systématiquement placé le Prévôt devant le Bailli et donc fait avancer celui-ci de deux cases à chaque fois. Comme j'avais l'avantage sur les PP, je n'avais aucun intérêt à ce que la partie ne s'allonge, surtout que Fred commençait à exploiter de manière très rentable la première ligne des faveurs avec  5 PP à chaque gain.

 

1 Laurent 106
2 Frédéric 98
3 Mélanie 70

 

NavegadorNavegador. Je commence la partie à la dernière position avec la carte Navegador. Gaëtan, le premier joueur, a ouvert avec Sailing vers Guiné (or.) Fred, lui aussi navigue mais vers Bahia (sucre.) Mélanie choisira trop tôt Privilege, ce qui fait descendre son niveau d'ouvriers à deux, et qui n'est pas une très bonne idée pour entamer la partie. Je vais donc utiliser la carte Navegador puis Colony pour acheter la colonie d'or la moins chère découverte par Gaëtan.

 

Je vais ensuite augmenter mes ouvriers jusqu'à quatre dans le but d'acheter deux nouvelles colonies d'or avant que les autres ne le fassent. Et presque tout l'or sera entre mes mains avec sept colonies de ce type. Personne ne monopolisera les usines d'or car elles sont réparties entre les trois, ce qui est profitable pour moi car même si le prix de l'or augmentera grâce aux usines, le gain n'est pas pour un seul joueur. L'or ne sera véritablement rentable que pour moi.

 

Voyant Mélanie acquérir plusieurs colonies de sucre, je vais acheter des usines correspondantes. Mes revenus seront d'autant plus juteux quand j'utiliserai l'action Market. Mais malheureusement pour elle, Fred fait la même chose mais comme il joue avant, les profits sur la vente du sucre seront pour lui. Avec deux joueurs en vendant avant moi, la production de sucre me garantit, avec la vente de mon or, un revenu se situant entre 500 et 840 Cruzados. Bien plus que les autres.

 

Tout cet argent me servira à acheter des ouvriers hors de prix (je n'ai qu'une église) et ensuite les chantiers navals par paire à chaque passage sur Buildings. Seul un chantier m'échappe (le premier), car il a été acheté par Gaëtan. Après le passage à la troisième phase de jeu l'exploration s'essouffle (Timor reste inexplorée), les bateaux coûtent cher, et la fin de la partie va se jouer sur le nombre de bâtiments. À partir de ce moment, je vais produire des navires en masse juste pour faire des tours de roues presque complets et ainsi prendre les privilèges restants de manière agressive.

 

Mes trois domaines de développement seront rentabilisés à leur maximum avec tous les privilèges possibles. Avoir choisi un mélange de colonies et d'usines n'est pas forcément une bonne stratégie (car cela fait potentiellement moins de points), mais dans cette partie les revenus étaient tous simplement énormes pour moi vu la répartition des colonies de sucre et des usines d'or.

 

  Laurent Frédéric Gaëtan Mélanie
Navires 0 3 0 0
Ouvriers 6 9 5 4
Argent 10 7 10 12
Colonies 28 4 16 21
Usines 35 20 32 6
Explorateurs 0 5 20 28
Chantiers navals 54 3 10 3
Églises 3 63 5 3
TOTAL 136 114 98 77

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour les curieux, en ce qui concerne la table jouant à Mégawatts, et parce qu'ils m'ont demandé de les mettre ici, voici les résultats :

 

    villes connectées villes alimentées
1 Vincent D 17 17 3
2 Vanessa 16 16 24
3 François 15 15 25
4 Antoine 12 12 9

Partager cet article

Repost 0
2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 13:52

Soirée au club "Esprits joueurs" hier. Après avoir installé la table pour une partie de Tinners' Trail (tous les cubes avec les lancés de dés), on est finalement cinq et on change donc de jeu. Allez, hop ! Tous les cubes dans la boîte.

EVOÇa sera donc EVO que tout le monde découvre. Et moi, je découvre d'ailleurs qu'il manque quatre dinosaures noirs et quatre roses dans mon exemplaire. Le jeu n'est pas bien compliqué et la phase d'enchères constitue, pour ma part, la phase la plus intéressante du jeu. Avoir gagné un gêne sans payer de Points de Mutation est quelque chose qui aide vraiment et ça a du m'arriver trois ou quatre fois. Dans les derniers tours de jeu, j'arrive à maintenir sept dinosaures en vie grâce à mes quatre plaques de fourrures et à ma surprise, je suis dépassé d'un PM au score lorsque la météorite met fin à la partie.

 

1 Mélanie 36
2 Laurent 35
3 François 24
4 Frédéric 19
5 Sébastien 16

 
CaylusArrivée d'un sixième joueur intéressé par notre table (les kûbenboas) et on se divise en deux groupes : L'âge de pierre ou Caylus. Prétextant que Caylus est un jeu trop compliqué, les deux novices se réfugient sur la table de L'âge de pierre.

 

On est donc deux joueurs expérimentés autour de Caylus. La partie fût très serrée; les premières visites au château ont toujours été à mon avantage, ce qui m'a donné une légère avance que j'ai su préserver presque tout le temps. Grâce au contrôle du prévôt sur plusieurs tours, j'arrive à collecter les ressources nécessaires à la construction de la Cathédrale (25 PP), et cette avance de points de prestige m'a fait un peu relâcher ma vigilance. J'ai donc un peu délaissé la construction du château et cette avance s'est peu à peu réduite. Lors du dernier tour, je me rends compte que l'on finit la partie à égalité et c'est après coup que j'ai compris que j'ai fait un mauvais choix. J'ai deux faveurs attribuées pour le dernier décompte du château et je gagne le même nombre de PP quelques soient les lignes choisies, sauf que je ne réalise pas que je ne suis pas limité à construire une Résidence et que j'aurais pu construire n'importe quel bâtiment en pierre me donnant six points de prestige. Erreur que je ne commet jamais durant une partie, et que je rappelle volontiers au autres et je la fait au pire moment qui soit.
 

1 Frédéric 122
1 Laurent 122

 

On finit notre partie avant l'autre table, et on a le temps de faire une petite partie de Gosu avant de rentrer. On drafte Gosunotre main de départ, et j'ai une sélection de deux recruteurs verts et une paire de rouges sur les deux premiers niveaux. Je gagne la première manche avec deux points grâce au niveau III vert (Labdad.) Lors de la seconde manche, je pose une série de Méka Gobelins sur les trois niveaux dont Mind qui me permet de jouer un de mes jetons d'activation sur Kalim pour emprisonner un niveau II vert qui privera mon adversaire de jouer le niveau III que je le soupçonne d'avoir en main. Dans un ultime essai, il essaie de recruter des Gobelins Alpha mais les cinq cartes révélées n'en comprennent aucune. Il passe, je passe.
 

1 Laurent 3
2 Frédéric 0

Partager cet article

Repost 0
Published by Mildiou - dans Comptes-rendus EVO Caylus Gosu
commenter cet article

Présentation

  • : Jeu joue donc jeu suis
  • Jeu joue donc jeu suis
  • : JJDJS : comptes-rendus de parties et avis. Les découvertes ludiques d'un petit groupe de joueurs de Mons, en Belgique.
  • Contact

Présentations de jeux et avis

 

 

Recherche

Bilans et courtes descriptions

Tags

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...