3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 22:47

Prototype "M". Christian est venu avec son prototype qui a reçu de nouveaux remaniements. Inutile de faire un compte-rendu puisque nous sommes moins de dix personnes à savoir de quoi il s'agit. Mais pour ceux-ci, voici  quand même les scores…

 

    Tim  Christian Laurent
Piste 1 0 6
Paroisses 14 17 11
Sceaux 7 5 0
TOTAL 22 22 17
(*) (3) (2)  

 

(*) Paroisses majoritaires. 

 

Coney-Island.jpg

Coney Island était une île aux États-Unis dédiée aux loisirs. Le parc n'existe plus et l'endroit n'est même plus une île. Voici donc ce qui sert de thème à ce jeu : des forains et des attractions.

C'est notre première partie pour ce jeu que j'avais raté à Essen et dont je me suis procuré plus tard une copie suite aux comptes-rendus et avis que j'ai pu lire. Un jeu très tactique assez léger mais qui est bien plus riche que son habillage pourrait le laisser croire. On doit équilibrer notre propre développement et freiner celui des adversaires au mieux en plaçant des artistes et ensuite des attractions sur les zones constructibles.

Trois actions principales et cinq actions mineures par tour au maximum, ces dernières sont associés à des grandes tuiles personnages et leur acquisition se fait comme dans Rattus, mais en payant. Si personne d'autre ne vous prend un personnage, il reste devant vous et son action est disponible gratuitement.

Même si le jeu est essentiellement tactique, il y a trois voies stratégiques liées aux trois familles d'artistes à votre couleur. Placer un artiste sur le parc libère un espace sur une roulotte et plus il y a d'espaces libres dans les roulottes, plus la phase de revenus est payante. On peut gagner de cette manière des points de victoire, de l'argent et des cubes de constructions.

L'argent sert à louer les services d'un personnage et à construire de nouvelles parcelles. Les cubes servent à placer de nouveaux artistes sur le parc et surtout à construire des grandes attractions. C'est ici qu'apparaît une des richesses tactique du jeu : une grande attraction doit être construite sur des emplacements occupés par des artistes. Des PVs sont attribués au constructeur mais également aux propriétaires des artistes délogés. Et pourquoi donc donner des PVs de la sorte à vos adversaires ? Pour limiter leurs revenus. En effet ces artistes retournent dans leurs roulottes respectives et réoccupent un espace qui générait auparavant un revenu en PV, en argent ou bien encore en cube de construction.

Plutôt simple donc, mais subtil quand même et en tout cas très agréable à jouer. On a tous apprécié.

Placer ses artistes sur le parc prend du temps car il faut payer avec des cubes. Et il vaut mieux faire attention en les plaçant. Je vais en perdre trois d'un coup à cause de Tim qui va construire une grande attraction de quatre places. Trois de mes artistes retournent dans leur roulotte, et même si je vais gagner 6 PVs mes prochains revenus passent à une liasse de billets aux lieux des trois attendues.

Je dois acheter à chaque tour les personnages qui m'intéressent et je ne sais donc pas garder de l'argent de côté. Comme j'ai beaucoup de mal à marquer des points (je ne vais construire qu'une seule attraction) je vais utiliser souvent le Journaliste. Je n'en ai pas parlé jusqu'ici, mais un journal peut rapporter de un à trois PVs à la fin de la partie ou bien permet, s'il est défaussé, de rejouer une action déjà faite le même tour. Et je vais être le seul à posséder des journaux, ce qui me vaut ma deuxième place finale. Je pense que ce personnage sera plus convoité lors de la prochaine partie.

La fin arrive tôt à cause de Vincent qui après avoir construit une attraction, n'en laisse qu'une seule pile disponible. C'est une des quatre conditions de fin de partie. Il lui reste, tout comme Christian, trois artistes dans le parc, ce qui le pénalise de six PVs (deux par artiste.) C'est une des subtilités de ce jeu : beaucoup d'artistes actifs génèrent beaucoup de revenus, mais attention à la fin de partie ! Les différentes manières de clôturer demandent de l'attention pour ne pas terminer trop tôt et laisser gagner quelqu'un d'autre, comme ici.

Une très bonne impression pour une première.

 

    Tim  Laurent Vincent B Christian
Piste 43 21 31 25
Journaux 0 13 0 0
Artistes -2 -2 -6 -6
TOTAL 41 32 25 19

 

 

König von Siam

König von Siam est un jeu qui m'a laissé perplexe après avoir lu les règles. Un jeu avec des majorités indirectes où pour faire gagner un peuple, on ne peut faire autrement que de l'affaiblir. C'est contre-intuitif et la première partie que nous avons jouée ici nous a plongé dans un flou total.

La partie est divisée en huit phases (une par province) et chaque joueur n'a que huit cartes qu'il peut jouer quand il veut. On peut réserver des cartes pour plus tard, mais on peut aussi finir la partie sans jouer de cartes si on en a joué plus d'une lors d'une seule manche.

Il y a trois peuples : Rama (jaune), Lao (rouge) et Malay (bleu.) Et c'est un peuple qui va gagner la partie. Le joueur qui a le plus de partisans (cubes) de ce peuple remporte la partie.

Mais ce n'est pas tout, si un peuple seul ne sait remporter une manche, ce sont les Britanniques qui prennent le contrôle de la province. Dès que quatre provinces sont contrôlées par les Britanniques, la partie s'arrête avec un décompte différent.

On devine bien la richesse, mais savoir comment bien jouer n'est pas évident. Voici clairement un jeu qui possède une courbe d'apprentissage. Malgré cela, le jeu reste court et je pense qu'il ne devrait pas être trop difficile d'enchaîner les parties.

J'étais parti pour gagner, mais finalement non. Il est interdit de jouer la toute dernière carte parmi tous les joueurs sauf si celle-ci donne la victoire et c'est ce qui va se passer : il la joue, ce qui fait gagner les Lao au lieu des Rama. Où comment une erreur jouée un tour plus tôt me fait perdre, mais le manque d'expérience ne nous a pas permis sur le moment de réaliser que c'était une erreur.

Petite boîte, parties courtes, mais une richesse stratégique à apprivoiser.

 

   

1. Lao

2. Malay

3. Rama

1 Vincent B 4 2 3
2 Laurent 3 1 4

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Jeu joue donc jeu suis
  • Jeu joue donc jeu suis
  • : JJDJS : comptes-rendus de parties et avis. Les découvertes ludiques d'un petit groupe de joueurs de Mons, en Belgique.
  • Contact

Présentations de jeux et avis

 

 

Recherche

Bilans et courtes descriptions

Tags

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...