26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 23:37

CataneCatane. La partie fût très longue. C'est principalement à cause de la tuile qui offre deux points de victoire à celui qui contrôle la plus longue route. J'aurais pu gagner mais Fernand prend la tuile, et au moment où j'aurais pu la récupérer, c'est Nicolas qui nous dépasse tous les deux. Vu la configuration sur le plateau de jeu, il ne peux plus la perdre.

Les changements de stratégie nécessaires pour nos reconversions ont permis à Élisa de développer toutes ses colonies en villes. Elle a juste à construire les routes pour installer les deux colonies nécessaires pour atteindre dix points. Alors qu'elle paraissait être celle qui avait le moins de chance de l'emporter, c'est donc la plus jeune qui gagne, ce qui l'a mise de très bonne humeur.

 

1 Élisa 10
2 Fernand 9
2 Laurent 9
4 Nicolas 8

 

PeloponnesPeloponnes. Je fais gonfler ma population en prenant les tuiles afin de gagner un maximum de pièces par tour. Je sais que je ne saurais pas nourrir tout le monde, mais je me dis qu'avec les biens de luxes collectés avec ma cité (Korinth en donne deux par tour) et avec un revenu élevé, ça devrait aller. Malheureusement mes revenus en céréales sont trop faibles et les pertes sont plus lourdes que prévu.

Les biens de luxes sont tous transformés en nourriture et je dois perdre deux bâtiments sur trois payés à crédit car je n'ai pas de pierre. Rien ne marche, donc.

Même la somme importante économisée tout au long de la partie ne m'est pas utile pour acheter une des coûteuses tuiles de la pile D (on joue avec l'extension Hellas.) Aucune ne peut sauver ma situation et je me contente de la Monnaie (Coinage.)

C'est tout le contraire pour mon père qui arrive à faire un score élevé et équilibré dans les deux domaines grâce à des revenus variés et nombreux et à une gestion sans mal des événements.

 

    Cité Prestige Population Score
1 Fernand Thebes 32 33 32
2 Laurent Korinth 24 18 18

Partager cet article

Repost0
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 23:10

Courte soirée chez mes parents avec deux parties rapides…

 

Glen MoreGlen More. Je réalise un départ qui a l'air prometteur avec des grosses quantités de ressources et un Marché annuel que j'active deux fois. Mais ça sera tout, il ne sera plus activé et le Boucher à bœufs aura le même rendement avec deux activations seulement.

La production de whisky de mon père va encore une fois m'être défavorable avec deux décomptes où il gagne huit PVs. J'ai laissé échapper Duart Castle et Iona Abbey par excès de confiance parce que je voulais en prendre une autre avant celles-là, mais j'aurais dû foncer et les prendre dès que c'était possible.

Je me débrouille pour être le dernier à jouer dans l'espoir de prendre Loch Oich, mais elle est la dernière tuile de la pile. Je dois me contenter de Loch Shiel qui va ajouter une ressource sur mes trois tuiles vertes ou jaunes qui n'en ont aucune. Ce qui est possible d'être vendu, l'est et j'envoie mon dernier chef de clan au Parlement. L'écart de PVs est tellement important que même Loch Oich, en activant tout mon domaine, ne pouvait pas me faire gagner.

 

  Fernand Laurent
Points de victoire 20 20
Whisky / Chefs / Lieux  
—Première manche 2/0/0 0/1/1
—Deuxième manche 8/1/2 0/0/0
—Troisième manche 8/0/2 0/5/0
Iona Abbey, Loch Morar, Duart Castle 23 0
Pièces 3 15
Nombre de tuiles  -6 0
TOTAL  63 42

 

PeloponnesPeloponnes. Une seule partie de ce jeu très apprécié par nous deux et cette fois avec l'extension Hellas intégrée. Il hérite de la cité Thebes (de l'extension) qui permet d'ignorer la contrainte de pose des tuiles paysages et qui fournit un revenu de deux biens de luxe par tour. C'est Patras qui me revient et qui est plutôt classique avec un revenu d'un bois et d'une céréale.

Autant il va se développer avec des tuiles paysages, autant je me développe avec des tuiles bâtiments. Je vais donc être très peu impacté par la tempête et lui très peu par le tremblement de terre. Je vais malgré tout réussir à garder tout mes bâtiments après la résolution de la catastrophe.

La gestion des stocks de céréales se fait à flux tendu et les tuiles qui permettent de gagner quelques blés supplémentaires sont disputées. Grâce aux nombreux biens de luxe qu'il possède, qui viennent notamment de sa cité et a son haut niveau de population, il arrive à nourrir une grosse partie et subit peu de pertes.

Malheureusement, la conquête d'une tuile de blé m'empêche, le tour suivant, de me procurer la tuile Colossos qui multiplie le nombre de population par quatre et non par trois pour le décompte final. Il ne me reste que huit pièces et elle en coûte dix. Je ne me rappelais plus des coûts des tuiles de ce nouveau paquet (le D) qu'ajoute l'extension.

 

    Cité Prestige Population Score
1 Fernand Thebes 29 30 29
2 Laurent Patras 34 24 24

Partager cet article

Repost0
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 23:46

Banner - Rattus Pied Piper

  Chevalerie Chevalier
  Bourgeoisie Marchand
  Noblesse Roi
  Magie Sorcière
  Paysannerie Paysan
  Clergé Moine

Rattus. Après avoir joué au mois de décembre avec la dernière Extension (Africanus), je reviens ici avec le jeu de base, histoire pour mon père de se remettre dans le bain et peut-être y rejouer avec les enfants ce week-end avec toutes les boîtes.

Comme souvent dans une partie qui reprend les personnages de base, c'est la Sorcière qui est le seul rôle qui a été délaissé car son pouvoir paraît bien faible par rapport aux autres. L'association du Marchand et du Paysan est efficace et on s'en servira tout les deux à des moments différents de la partie. Le Roi a surtout été utilisé par mon père avec au moins six cubes placés au château contre seulement deux ou trois pour moi.

 

1 Laurent 17
2 Fernand 12

 

  Chevalerie

Croisé

Soldat

  Magie Pied Piper
  Paysannerie

Boulanger

Paysan

  Clergé Moine

Rattus Pied Piper. On se décide pour en faire une seconde en intégrant les personnages de la première extension dans une sélection aléatoire.

On commence d'emblée lui avec le Boulanger et moi avec le Pied Piper que l'on avait pas encore intégré dans une partie jusqu'ici. Et il faut bien avouer que son pouvoir est très fort. Il permet de déplacer un cube de population d'un pays vers un autre en emportant avec lui jusqu'à trois jetons rat, ce qui m'a permis d'avoir une large population à l'abri à l'est de la carte. Il surclasse, à mon avis, complètement le Marchand.

La combinaison du Moine et du Soldat est aussi très efficace et permet de faire apparaître deux jetons rat dans un pays avant d'y déplacer la peste. Ce que j'ai fait à répétition en Espagne où était réfugiée l'entièreté (un peu à cause du Boulanger) des cubes de population adverses.

 

1 Laurent 16
2 Fernand 6

 

Banner---Peloponnes.jpg

Peloponnes. Encore ce jeu de retour sur la table car il est réclamé à chaque fois par mon père. Ce fût une partie assez confortable dans la mesure où je n'ai pas manqué de ressources pour construire mes bâtiments. J'ai juste manqué de blé en début de partie mais ça s'est amélioré en deuxième période.

J'ai eu à passer un tour afin de gagner trois pièces dans le but de prendre la meilleure tuile le tout suivant quoiqu'il arrive, c'est comme ça que j'ai pu me prendre un gros producteur de blé. Les catastrophes qui m'auraient le plus pénalisé ont eues leurs effets annulés (peste et sécheresse) chez moi, comme chez lui d'ailleurs.

 

    Cité Prestige Population Score
1 Laurent Pylos 28 30 28
2 Fernand Patras 24 33 24

 

Peloponnes Hellas-Erweiterung. Et maintenant, une nouvelle partie, mais avec cette fois l'intégration de la petite extension que j'ai achetée en même temps que le jeu. Une tout petite extension donc qui propose cinq nouvelles tuiles mais qui constituent une quatrième période, le jeu passe donc de huit à neuf tours. Ce qui veut surtout dire qu'il faudra nourrir sa population une fois de plus car une de ces nouvelles tuiles déclenche une phase de nourrissage. Par contre, les catastrophes sont étalées sur une période un peu plus longue car on rajoute deux marqueurs sans effet.

Il y a aussi trois nouvelles cités, dont une que mon père s'est vu attribuée : Delphi. Cette cité est immunisée contre la sécheresse ET le tremblement de terre, un avantage très intéressant et qui permet de laisser les trois ressources de base à l'abri et de focaliser ses efforts dans les autres domaines.

Les tuiles de la période D sont très chères, sauf la Monnaie (Coinage) qui ne coûte qu'une seule pièce, deux bois, deux pierres et permet de gagner deux Points de Prestige par lot de deux pièces au lieu des trois habituelles. Je la lui laisse et je conquiers une tuile paysage (qui était au dessus de son bugdet) donnant du blé et des PPs, ce qui me permet de le dépasser dans les deux domaines.

 

    Cité Prestige Population Score
1 Laurent Arkadia 27 24 24
2 Fernand Delphi 25 21 21

Partager cet article

Repost0
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 23:30

Quatre parties après-midi avec mon père avec Peloponnes et Troyes. Et en soirée, deux parties chez Mélanie et Fred : Hamburgum et London.

 

PeloponnesPeloponnes. Trois parties sinon rien. Ce jeu est addictif et mon père en est accro. Et encore, j'ai dû insister pour nous arrêter à trois parties afin de passer à autre chose.

J'ai rencontré plus de succès que lors de mes précédentes parties car j'ai fais attention à ce que je faisais. Comment ? Principalement en ne prenant une tuile bâtiment à crédit qu'en étant sûr que je puisse payer les ressources requises. En partant du principe que le nourrissage devrait hypothétiquement se faire le tour suivant. J'ai certainement raté des occasions de faire plus de points, mais au moins, je n'ai jamais été obligé de renoncer à un bâtiment sur l'ensemble des trois parties faites aujourd'hui.

Même chose pour les catastrophes : en jouant avec un approche pessimiste, le tremblement de terre et la tempête sont plus facilement gérables. Le plus difficile est de bien encaisser la peste ou la sécheresse, mais j'ai réussi l'exploit de ne perdre qu'un seul niveau de population lors de la dernière partie.

Pendant la deuxième partie, je suis resté quelques tours avec une population nulle suite à la prise d'un bâtiment, et les deux premiers nourrissages ont été évidemment très facile à passer avec mes deux ou trois céréales à fournir.

Avec l'accumulation des parties, le niveau de jeu se ressert et les parties sont plus tendues. Un cas d'égalité départagé sur le score le plus fort et un autre départagé sur la quantité des biens de luxe, ce qui a demandé un peu plus de calculs pour le choix de la tuile lors du denier tour.

 

    Cité Prestige Population Score
1 Laurent Pylos 27 21 21
2 Fernand Arkadia 27 12 12

 

    Cité Prestige Population Score
1 Laurent Patras 22 18 18
2 Fernand Korinth 19 18 18

 

    Cité Prestige Population Score (*)
1 Laurent Pylos 24 21 21 (10)
2 Fernand Patras 21 24 21 (2)

(*) Biens de luxe.

 

TroyesTroyes. Plus d'un mois sans une partie de Troyes, c'est ce qui arrive quand une ludothèque s'étoffe. Mais les classiques reviennent toujours.

Religieux : MoineApprentissageVerrier.

Militaire : ArcherChasseTroubadour.

Civil : MarchandAubergisteCompagnon.

C'est une partie pour laquelle j'ai principalement joué avec des dés blancs. Avec le Moine (1D blanc —> 3D jaunes) et Urbain IV (Cathédrale) comme personnage, l'abondance de dés blancs est très utile. L'argent n'a été un problème pour personne cette partie grâce justement au Moine et au Marchand (deux deniers) qui se combinnent idéalement pour amasser des grosses sommes d'argent.

Avec cet argent, j'ai principalement acheté des dés rouges car je n'en lance qu'un seul moi-même. Ces dés rouges ont été utilisés avec l'Archer (lancer un dé : placer un cube d'influence sur un événement avec un lancer supérieur à deux) pour récupérer quelques points d'influence et surtout quelques cartes événements car il ne fait vite aucun doute que mon père est au service d'Henry Ier (événements contrés.)

Comme le Verrier (deux PPs par paire de cubes à la Cathédrale) est en jeu, je pense faire beaucoup de points et lors du dernier tour je lance mes dés et mes quatre dés blancs font… un six chacun ! Je suis obligé de les utiliser tôt par crainte de me voir obligé de les vendre contre deux deniers. Je n'ai d'ailleurs eu l'occasion que d'en utiliser trois alors qu'il aurait pu m'en acheter plusieurs.

Mon père passe prématurément alors qu'il y avait moyen de placer un habitant sur l'Aubergiste pour gagner trois PPs, ce que je vais faire.

Les personnages ne sont pas exploités à leur maximum et assez étonnamment, je découvre qu'il jouait Thibault II (deniers) alors que je m'attendais à Hugues de Payns (influence.) On finit tout les deux bourrés d'influence mais avec les caisses de deniers plus bas que nécessaire.

 

  Laurent Fernand
Points de renommée 22 20
Événements non contrés 2 0
Hommes de métier 13 4
Cathédrale 0 0
Urbain IV 3 1
Thibaut II 1 3
Le Florentin 3 1
Henry Ier 1 3
TOTAL 45 32

 

HamburgumHamburgum. Ils commencent tous les deux de la même manière : vente d'une ressource pour ensuite faire une seule donation. Le but est de construire au plus vite un bâtiment. En effet, il est nécessaire de faire une donation avant de construire un bâtiment dans le voisinage de l'église. Ils choisissent un bâtiment de production pour avoir plus de ressources, mais cela baisse le prix de ces mêmes ressources.

De mon côté, je vais ouvrir d'une manière complètement différente : je vais récupérer deux nouvelles ressources (tissus et bière), construire un bateau et vendre quatre marchandises pour avoir les fonds nécessaires afin de me procurer des matériaux de construction. Tout ça pour aller finalement sur Église et faire plusieurs donations. C'est plus lent, mais plus efficace car je vais déjà mettre de côté une tuile donation valorisant les bateaux au port et une autre valorisant le nombre total de tuiles donations en ma possession. Cette dernière ne sert à rien dans l'immédiat mais, lorsque qu'elle sera scorée en fin de partie, assurera un excellent rendement.

Ils vont continuer à construire des bâtiments, moi non. Je préfère m'en passer pour effectuer plus facilement les ultimes donations des églises qui nécessitent £10 par bâtiment construit. En contrepartie, je produis moins de ressources quand je choisis de m'arrêter sur les cases Tissu, Bière ou Sucre. Je vais quand même faire des bâtiments, mais seulement trois au total : les Marchands. Ils offrent £100 lors de leur construction, ce qui compense mes plus faibles gains, mais surtout j'ai réussi à prendre la tuile donation qui donne cinq Points de Prestige par bâtiment de ce type.

Fred était bien implanté dans la paroisse rouge avec au moins cinq bâtiments et je vais compléter l'église de cette paroisse en faisant la dernière donation. Je ne vais rien gagner avec la tuile à proprement parler, mais je le prive de nombreux PPs et je marque les huit PPs pour la première église complètement construite. Le bonus est donné à celui qui fait la dernière donation et non à celui qui en a fait le plus. Ma motivation était surtout d'avoir le droit de construire un nouveau Marchand sans respecter la règle de continuité des bâtiments d'un joueur. Cela m'évite de construire des bâtiments dont je n'ai ni le besoin, ni l'envie de construire.

Avec un passage sur la case Église, je fais de nouveau quatre donations qui me donnent une nouvelle tuile valorisant les bateaux et surtout trois qui donnent un PP par tuile donation possédée. Avec un gain de 33 PPs grâce à ces trois là, plus 6 PPs pour les bateaux, je décolle sur la piste de score.

J'aurais encore à en marquer trois à la fin : donations pour 13 PPs, marchands pour 15 PPs et navires pour 6 PPs.

 

Erreur de règle : Quand un joueur se pose sur la case Église, il peut faire plusieurs donations, mais uniquement dans une seule église.

Erreur signalée par beri sur Tric Trac. Merci à lui.

 

1 Laurent 110
2 Mélanie 87
3 Frédéric 82

 

LondonLondon. Race for the Galaxy, Sankt-Petersburg, Disque-Monde Ankh-Morpork, A Few Acres of Snow, Tournay. Ce jeu m'a fait penser à un de ceux-ci à un moment ou un autre. London est très différent des jeux cités, mais il y a des éléments qui rappellent quelque chose déjà ressenti ailleurs.

Le cœur du jeu est d'être efficace dans la succession des deux actions Jouer des cartes et Restaurer la ville. C'est là que le plus gros se fait : gagner des livres (£), réduire la pauvreté, gagner des Points de Victoire immédiatement. Une chose à ne pas négliger est également de jouer des cartes qui donnent des PVs lors du décompte final, toutes les cartes n'en donnent pas et j'ai été absorbé par les effets immédiats et donc un peu oublié de jouer des cartes qui donnent des PVs mais qui ne font pas grand chose pendant le jeu.

Je me suis un peu trop inquiété pour la pauvreté. La plupart des cartes jouées avaient pour but de réduire ma pauvreté et même si j'ai effectivement été le moins pauvre en fin de partie, on ne peut pas dire que j'ai été efficace dans tous les autres domaines : ma zone de construction me rappporte trop peu de PVs et j'ai surtout quatre emprunts non remboursés.

Pendant ce temps, Fred donne l'impression de jongler perché sur un vélo roulant sur un fil. Il score à tous les niveaux, il rembourse la plupart de ses emprunts et il est simplement le plus affecté par la pauvreté. Tiens, tiens…

Très bonne première impression.

 

  Frédéric Mélanie Laurent

Arrondissements

31 19 26
Métro 8 8 8
Zone de construction 18 24 11
Points de Victoire 27 15 24

Emprunts

-7 -14 -28
Pauvreté -7 -1 0
TOTAL 70 51 41

Partager cet article

Repost0
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 23:00
 

Contrats

spéciaux

  I 7 PPs
  II 9 PPs
  III 13 PPs
  IV 15 PPs

FirenzeFirenze. Les contrats spéciaux tirés sont indiqués dans le tableau ci-contre à droite. J'étais en bonne voie de réaliser le premier mais je me suis fait doubler à cause des pouvoirs conjugués d'un Architecte (1) et d'un Maçon (2). La course pour le deuxième contrat spécial était perdue d'avance car je n'avais aucune brique mauve contrairement à mon père qui les économisait petit à petit.

J'ai donc rempli quelques petits contrats de faibles valeurs en attendant de pouvoir avoir le droit de m'attaquer au contrat spécial III sur la tour blanche que j'ai réussi à remporter. Ce qui m'a permis à peine de le rejoindre sur la piste de score.

J'ai tenté de le ralentir en posant un Campanile (3) mais cela n'a pas eu trop d'effet car il est venu se servir chez moi avec un Contrebandier (4) pour récupérer une brique blanche. Le contrat III est le seul accomplissement notable que j'ai réussi à faire. Personne ne s'est attaqué au dernier sur la tour bleue, moi parce que je n'en ai pas les moyens et lui parce qu'il a tout intérêt à ce que la partie ne dure pas.

Dans cette optique, mon père va accélérer la partie en accumulant des petits contrats de trois ou quatre étages que je j'ai pas déjà fait tout en récupérant une seconde carte Reconnaissance (5). Impossible pour moi de revenir après avoir accumulé les mauvais choix. Le bonus de cinq PPs pour avoir fini la partie est également pour lui.

Petit changement pour ce jeu : je mets maintenant le détail des points gagnés en fin de partie sur les majorités des tours et avec les cartes Festivités.

 

Petit lexique :

(1) Architecte : Personnage. Vous pouvez évaluer une de vos tours comme ayant soit un étage de moins ou de plus.

(2) Maçon : Personnage. Vos coûts de constructions sont minorés de trois pendant ce tour.

(3) Campanile : Église. Chaque joueur doit construire une tour de trois étages blanche avant de remplir des nouveaux contrats.

(4) Contrebandier : Personnage. Vous pouvez échanger une pierre de votre stock contre une autre choisie chez un adversaire.

(5) Reconnaissance : Festivité. Recevez un PP pour chaque contrat de trois ou quatre étages remplis.

 

  Fernand Laurent
Piste 45 41
Bonus de fin 5 0
Majorités 12 9
Festivités 11 6
TOTAL 73 56

 

PeloponnesPeloponnes. Mon père était impatient de rejouer à Peloponnes. On a enchaîné avec une partie et puis deux, et puis trois. C'est tellement rapide comme jeu que j'ai toujours envie de recommencer une partie pour y intégrer les leçons tirées des échecs précédents. L'avantage de pouvoir faire plusieurs parties a quand même pour inconvénient qu'il est difficile pour moi de tout me rappeler pour les comptes-rendus. Voici ce qu'il m'en reste…

Arkadia donne un habitant à chaque phase de revenus et c'est sympa quand même pour avoir des rentrées plus importantes en pièces. Même si on finit toujours par perdre une partie de cette population lors d'une phase de nourrissage ou à cause de la peste, cela aide quand même bien pour avoir les moyens financiers suffisant pour participer à chaque enchère et cela permet même de gagner des biens de luxe à partir d'un certain niveau.

Mais pour que cela marche, il faut quand même avoir un niveau de blé suffisant pour ne pas perdre trop de population : c'est mon "foirrage" de la première partie. Même si mes scores sont équilibrés, ils sont trop faibles par rapport à ceux de mon père (qui eux aussi, sont équilibrés.)

La deuxième partie a été trop juste en ressources de construction et je n'ai pas su garder mes bâtiments payés à crédit lorsque j'ai dû donner les ressources nécessaires à leurs constructions : "foirrage" de la deuxième partie. Il faut dire aussi que le déclin m'a fait perdre les biens de luxe avec lesquels je comptais payer tout ça.

Dernière partie avec beaucoup de bâtiments des deux côtés et peu de paysages. J'arrive à me protéger de la sécheresse et de la tempête, ce qui ne perturbe pas mes réserves de blés. Je peux nourrir sans perdre trop d'habitants. Contrairement à ce qui se passe en face, une véritable hécatombe.

J'aime beaucoup cette recherche permanente d'équilibre et le côté "collectionneur" de ressources. Et ne conserver que le score le plus faible pour gagner est une très bonne idée, même si jusqu'ici toutes les parties auxquelles j'ai joué auraient eues les même positions si on avait simplement additionné les deux scores. Tiens, je ferais bien une vraie partie (*) de Tigre et Euphrate, moi… (Christian, si tu me lis.)

(*) Une vraie partie, je veux dire pas sur iPad quoi…

 

    Cité Prestige Population Score
1 Fernand Patras 23 24 23
2 Laurent Arkadia 15 12 12

 

    Cité Prestige Population Score
1 Fernand Arkadia 17 30 17
2 Laurent Messene 15 21 15

 

    Cité Prestige Population Score
1 Laurent Pylos 30 21 21
2 Fernand   Patras  31 15 15

Partager cet article

Repost0
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 12:29

Soirée au club avec deux jeux que j'ai découvert ce mois et que j'affectionne tout particulièrement. Ils ne sont pas du tout complexes mais proposent tous les deux une richesse de jeu que la première impression ne laisse pas présager.

 

Coney Island

Coney Island. Pour quelques informations succinctes sur ce jeu récent de Michael Schacht, je vous renvoie à ma première partie jouée.

J'ai d'abord tenté de faire un carré avec mes artistes pour bénéficier des deux PVs gagnés à chaque phase de revenus, mais François vient placer ses artistes dans la zone à deux reprises. J'ai malgré tout des revenus intéressants jusqu'à ce que Vincent construise une grande attraction de quatre places et me remballe trois artistes. Il va me refaire le coup plus tard avec une nouvelle attraction de trois places qui éjecte cette fois deux de mes artistes.

François, après avoir été longtemps derrière, commence à rattraper son retard et il est le premier à collectionner les journaux grâce au Journaliste. Je vais lui emboîter le pas aussitôt, mais je ne sais pas en prendre aussi souvent qu'il le fait car j'ai moins de rentrée de cubes de construction que lui. Car pour obtenir un journal, il faut donner un cube au Journaliste.

Il a notamment rattrapé ce retard en construisant lui-même une grande attraction sur trois artistes lui appartenant et qui étaient de toutes manières menacés par Vincent qui comptait bien la construire à cet endroit.  Dans ce cas, autant que François gagne lui-même l'entièreté des PVs.

Les tuiles de construction sont toutes sur le plateau (j'en ai mis trois), et à partir de ce moment les placements d'artistes sont très tactiques. Il faut faire attention de ne pas se mettre en position pour se faire éjecter trop tôt, mais surtout se laisser un moyen de ne pas rester sur le plateau à la fin de la partie.

Je peux d'ailleurs déclencher la fin de la partie en posant un grande attraction (il ne resterait plus qu'une seule pile), mais dans ce cas, je laisse trois artistes dans le parc et avec le malus de six PVs, je ne gagne pas. Je dois postposer mon projet d'un tour, mais il me reste malgré tout deux artistes non récupérés et l'avance de François n'est plus rattrapable. Je suis le premier joueur et ils vont donc avoir le droit de jouer encore une fois : Vincent gagne quelques PVs avec le Promoteur (un billet —> deux PVs) et me rejoint au score.

 

  François Laurent Vincent B
Piste 46 43 44
Journaux 13 8 3
Artistes -4 -4 0
TOTAL 55 47 47
(*)   (3) (1)

 

(*) Argent et matériaux restants.

 

Peloponnes

Peloponnes. Je suis content de proposer ce jeu qui m'a beaucoup plu lors de mes trois premières parties que j'ai jouées avec mon père la semaine dernière.

François, grâce à Arkadia, gagne un niveau de population à chaque tour ce qui lui permet d'avoir un revenu en pièces plus important que nous et je crois qu'il va bien être le seul à ne jamais passer lors d'une phase d'enchères.

Les catastrophes vont arriver le plus tard possible puisqu'il va y avoir jusqu'à deux jetons sur chacune des tuiles catastrophe. Par contre, elles vont naturellement s'enchaîner avec deux catastrophes par tour, ça fait mal.

La première phase de nourriture va être pénalisante pour François et Vincent. François ne peut évidemment pas nourrir son énorme population et Vincent va également perdre quelques niveaux.

Tout se passe plutôt bien pour moi avec des ressources équilibrées. Je suis juste un peu faible en pierre, mais cela couvre mes besoins. Je produis beaucoup de bois et sa transformation en biens de luxe m'aide à combler le léger manque que je peux avoir avec mes céréales.

Le dernier tour de jeu voit deux catastrophes arriver juste avant la dernière phase de nourriture. Une de ces deux catastrophes et le déclin qui va faire perdre dix biens de luxe, mais c'est surtout la deuxième qui est la plus dangereuse : c'est la sécheresse qui fait perdre un tiers des stocks de céréales. J'ai une tuile qui me protège de ce souci, mais les deux autres vont en souffrir et ne sauront pas nourrir leur population juste après.

Je trouve ce jeu encore meilleur à trois joueurs qu'à deux, car la phase d'enchères peut être plus méchante avec plusieurs expulsions d'affilée. La recherche de l'équilibre, la prévention des contraintes alimentaires et des catastrophes via la phase d'enchère sont un régal.

 

    Cité Prestige Population Score
1 Laurent Argos 21 30 21
2 François Arkadia 23 18 18
3 Vincent B Pylos 18 9 9

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 21:58

Peloponnes

Peloponnes. Merci Tric Trac. Merci Monsieur Phal. Je n'avais jamais entendu parler de ce jeu et les deux TTTV sur l'explication et la partie ont pour le moins suscité mon intérêt. J'ai ensuite lu les règles et fait un petit tour sur le site de l'auteur et éditeur pour passer commande.

Un jeu rapide (même si les jeux long ne m'effraient pas), avec des enchères (je suis fan de Mégawatts), des ressources à collecter, des catastrophes à prévoir, et avec un décompte final qui ressemble à ce qui se fait dans Tigre et Euphrate. On peut y jouer jusqu'à cinq, ce qui est un argument important pour moi puisque nous sommes souvent nombreux autour de ma table de jeu.

Je viens donc de recevoir mon colis, et aussitôt déballé, aussitôt joué. Premières parties à deux joueurs avec mon père qui est toujours d'accord pour découvrir une nouveauté.

Trois parties. Une fois les scores comptés, il est très tentant de recommencer tout de suite une nouvelle. C'est très rapide, ultra simple et toute la tension du jeu se trouve dans le choix des tuiles à inclure dans nos cités. Il y a des fois où l'on ne peut rien faire car les paysages ne peuvent être inclus à cause de la contrainte de pose ou bien alors, l'argent à disposition est insuffisant pour acquérir la moindre tuile. Parfois, il faut choisir quelque chose plus cher rien que pour freiner l'adversaire. Et il vaut toujours mieux prévoir de payer un peu plus cher au cas où l'on se fait chasser de l'enchère initiale.

Et les catastrophes… il est prudent également les prévoir. Il y en a cinq, elles vont toutes se produire au cours de la partie, mais on ne sait pas exactement quand. Perdre un tiers de sa population ou des ses réserves de blé est très pénalisant. Certaines tuiles préviennent chacune des catastrophes et il est judicieux de mettre le prix fort pour acheter une de celles qui protègent nos progrès dans un domaine fragile si une catastrophe arrive au mauvais moment.

Un autre instant crucial est la demande de la population pour être nourrie. Cela arrive trois fois dans la partie et c'est à ce moment qu'il est possible de perdre de la population ou bien des bâtiments achetés à crédit.

Idéalement, il vaut mieux progresser dans les deux domaines qui font gagner sans trop d'écart. Les tuiles paysages ou bâtiments donnent des Points de Prestige et la taille de la population donnera des points équivalents au triple de sa valeur. Cela donne deux scores et seul le plus faible sera prit en compte et comparé à celui des autres joueurs. Et j'ai eu beaucoup de mal à équilibrer ça pendant les trois parties : j'ai perdu deux ou trois bâtiments (achetés à crédit) d'un coup parce que je n'ai pas su donner les ressources nécessaires lorsqu'il le fallait, la peste m'a fait perdre un tiers de mon importante population, ou bien encore, j'ai testé la monoculture de blé en pensant que la surproduction transformée en biens de luxe aurait suffit pour payer le reste : et bien non, ça n'a pas marché.

Mais c'est bien ça qui est amusant avec ce jeu, c'est que l'on a envie d'essayer des choses pour voir ce que ça peut donner. Les tuiles de départ sont toutes différentes et les phases d'enchères se ne passent jamais de la même manière car les tuiles arrivent au hasard et que les stratégies adverses peuvent entrer ou non en conflit avec la notre.

Je pensais que le jeu à deux serait un peu fade, mais pas du tout. C'est très intéressant et cela augure l'intérêt de ce jeu avec plus de personnes.

Pour résumer en trois mots : une excellente découverte. Ou bien comme le dit Monsieur Phal dans la TTTV : un p… de bon jeu !

 

    Cité Prestige Population Score
1 Fernand Messene 23 30 23
2 Laurent Patras 25 9 9

 

    Cité Prestige Population Score
1 Fernand Patras 25 21 21
2 Laurent Messene 11 24 11

 

    Cité Prestige Population Score
1 Fernand Pylos 23 24 23
2 Laurent Messene 10 15

10

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Jeu joue donc jeu suis
  • Jeu joue donc jeu suis
  • : JJDJS : comptes-rendus de parties et avis. Les découvertes ludiques d'un petit groupe de joueurs de Mons, en Belgique.
  • Contact

Recherche

Tags

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...