12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 19:29

SteamSteam N-E États-Unis / S-E Canada. Pour cette deuxième partie, nous ne sommes que trois et on joue sur l'autre côté du plateau de jeu. On commence cette fois avec la règle de départ de la mise en enchère des tuiles numérotées. Les premières implantations se font à distance puisqu'en début de partie, ce n'est pas la place qui manque. Vanessa commence au sud, Vincent en plein centre et moi à l'est.

Je ne vais déplacer qu'une seule marchandise le premier tour, mais sur deux tronçons car j'ai choisi d'augmenter le niveau de mes locomotives d'entrée de jeu. Ce n'est pas encore cette partie que je vais m'endetter, au contraire de Vincent qui n'hésite pas à emprunter souvent pour construire ses lignes et ce n'est que lors de la seconde moitié de la partie qu'il passera en balance positive. Vanessa sera plus tôt que lui dans le vert, mais elle a été obligée d'emprunter à nouveau beaucoup pour retomber en négatif dans les trois derniers tours.

Comme je suis financièrement en rentabilité, je suis le premier à pouvoir marquer des points de victoire. J'ai une ligne de quatre tronçons sur laquelle je peux transporter la totalité des cubes dans les deux sens, tantôt pour quatre points de voies tantôt pour trois. Quand ils viendront se connecter à mon réseau, toutes les livraisons juteuses ont déjà été faites et j'ai une bonne avance sur la piste de score.

Je profite presque seul des actions Croissance de cité et Urbanisation que je fais car je suis relativement tranquille sur le côté de la carte où je suis implanté. Je vais entamer de nouvelles liaisons dans le nord dans le but de relier les voies de Vincent. J'arrive à me constituer quelques tronçons intéressants, mais Vanessa remonte par l'ouest et relie mes voies. Elle va gagner des points en transportant les marchandises des ces villes jusqu'aux siennes dans le sud par une ligne de six tronçons. Elle me rattrape au score. Je vais d'ailleurs même être obligé de transporter un cube pour un seul point de voie simplement pour lui empêcher d'en marquer à nouveau six.

Mes deux réseaux sont reliés par le nord-est et j'ai là une bonne réserve de marchandises que je peux transporter sur des lignes de quatre tronçons. Mon niveau de locomotive est resté à cinq car je n'ai pas l'utilité de plus, parce que je ne transporte pas loin, mais je transporte souvent.

Le dernier tour voit la construction de micro-tronçons longeant ceux existant déjà pour marquer quelques points additionnels. Et grâce au problème d'endettement de Vanessa à la fin, je suis assuré de remporter cette excellente partie de cet excellent jeu.

 

  Laurent Vanessa Vincent D
Livraisons 47 42 36
Revenus 2 0 0
Liaisons 12 14 13
TOTAL 61 56 49

 

OlymposOlympos.  Le Syndrome d'Assyria. C'est quoi ça ? C'est juste une formule un peu mystérieuse pour décrire, suite à une expérience personnelle, le fait que l'on doit donner plus d'une chance à un jeu qui ne séduit pas immédiatement. C'est ce qui m'est arrivé avec Assyria, mes trois premières parties étaient… décevantes. Le jeu m'a juste un tout petit peu plu, mais pas trop car je trouvais que cela manquait d'intérêt. Et puis vint la troisième partie,… un petit coup de foudre à retardement.

Vanessa a eu cette impression juste avant avec notre partie de Steam qu'elle apprécie maintenant. Et en ce qui me concerne, Olympos était frappé du Syndrome d'Assyria. J'étais déçu et après avoir fait ma troisième partie ce soir, je le suis un peu moins. Pas vraiment un coup de foudre à retardement, mais je commence à apprécier les qualités de ce jeu.

Mon premier objectif a été de posséder un jeton Zeus afin de passer au mieux les manifestations divines. Et j'étais bien inspiré car la première carte est celle de Kères qui va pénaliser mes deux adversaires de deux Points de Prestige. Par la suite, et grâce à la Démocratie, Vanessa va bénéficier des dieux positifs suivants avant que je ne reprenne l'avantage avec un symbole Zeus supplémentaire. Par contre Vincent s'est pris tous les dieux négatifs pendant toute la partie.

Je concentre mes découvertes dans une seule colonne pour espérer construire la merveille à douze PP qui s'y trouve parce que les étoiles ne sont pas faciles à contrôler. Vincent les a toutes, sauf une qui est chez moi. Et c'est avec frustration que je vois Vanessa m'attaquer pour en prendre possession alors que Vincent en a quatre fois plus que moi. Cette dernière étoile passera de main en main plusieurs fois et c'est ce qui va me décider de développer la Stratégie qui donne deux épées.

Trois manières de jouer différentes avec Vincent qui est très mobile et omniprésent grâce à la Cavalerie et la Cartographie et qui réalise trois merveilles, Vanessa qui va de découvertes en découvertes (surtout des spéciales) et moi qui essaie de m'adapter et faire un peu de tout. Tout ça pour arriver tous les trois à 49 PP. Incroyable ! Nous sommes tous à égalité. Mais dans ce cas, la sagesse est récompensée et c'est le nombre de découvertes qui compte.

 

  Vanessa Laurent Vincent D
Position finale 1 4 3
Jetons Prestige 4 10 0
Territoires 4 6 9
Découvertes 14 10 6
Découv. spéciales 16 5 0
Merveilles 10 12 30
Kères -2 0 -2
Cartes Destins 2 2 3
TOTAL 49 49 49
(Tuiles) (8) (6) (6)

Partager cet article

Repost0
15 octobre 2011 6 15 /10 /octobre /2011 10:24

Petite soirée jeux chez moi. Enfin, petite soirée,… on est quand même six ! Mais j'ai de la place pour tout le monde : sur la grande table se déroulera une partie d'Agricola, et sur la petite table une partie d'Olympos. Agricola, tout le monde connaît, mais en ce qui concerne Olympos, c'est une découverte pour tous sauf pour moi qui n'en ai fait jusqu'ici qu'une unique partie. Après cela, on a fait une partie de Norenberc à cinq joueurs.

 

OlymposOlympos. Le jeu a été apprécié, mais je ne suis personnellement toujours pas plus emballé que lors de ma première partie remontant au mois de juin. C'est beau, le matériel est attirant, la mécanique de jeu basée sur une échelle temporelle est élégante, mais ça ne suffit pas pour faire d'Olympos un jeu dont j'ai toujours envie d'y jouer. Peut-être que cela changera après quelques parties supplémentaires, mais j'ai l'impression que je ne sais pas faire à Olympos tout ce que j'ai envie de faire mais plutôt ce qu'il est encore possible de faire. En d'autres mots et pour me faire comprendre : c'est le jeu qui me contrôle alors que je préférerais contrôler le jeu.

Si un tour on peut contrôler plusieurs territoires avec différentes ressources, on peut le tour suivant en perdre un ou deux et ne plus avoir accès aux découvertes convoitées. C'est pour ça que ma première acquisition sera une découverte me donnant une épee (Métallurgie). Les combats à Olympos sont toujours gagnés par l'assaillant, mais cette victoire demandera plus ou moins de temps selon le niveau militaire des deux camps représenté par le nombre d'épées.

Je vais avoir pendant le premier tiers de la partie, la suprématie militaire mais Vincent me surpassera avec l'avantage que lui donne la Démocratie et un peu plus tard, François passera à deux épées. À partir de ce moment, récupérer un territoire perdu pour moi me prend beaucoup trop de temps.

Comme toutes mes découvertes sont faites dans la même colonne, je peux facilement construire en premier une merveille qui me donne 10 Points de Prestige. Pendant ce temps, François privilégie les découvertes et Vincent essaie de jouer ses cartes plus en retirer le plus possible au meilleur moment.

J'aurais voulu construire une seconde merveille avant la fin de la partie, mais c'est François qui va la construire avant moi et les autres restantes sont trop chères pour moi. Il va en plus découvrir l'Absolutisme pour 4 PP (2 PP par épée). Vincent va lui découvrir l'Ingénierie pour 12 PP (3PP par étoile.)

Ah oui, j'oubliais… condamner les territoires selon le nombre de joueurs est vraiment pénible, surtout que ces décisions ont un impact certain sur le déroulement de la partie. Pour faire cela correctement, il faudrait y passer beaucoup trop de temps. Un jeu dans le jeu, et avant le jeu, mais pas drôle du tout.

 

  François Vincent D Laurent
Position finale 2 1 3
Jetons Prestige 5 8 5
Territoires 5 7 6
Découvertes 14 8 8
Découv. spéciales 4 12 5
Merveilles 20 10 10
Kères 0 0 -2
Cartes Destins 1 2 4
TOTAL 51 48 39

 

Agricola---Fermier.gifAgricola. Sur l'autre table, la partie d'Agricola été un calvaire pour Nicolas G qui va accumuler les cartes Mendicités. Il n'y avait plus joué depuis plus d'un an et Vincent B n'a peut-être pas assez insisté lors de l'explication des règles sur l'importance de nourrir sa famille à chaque récolte.

C'est Vanessa qui va gagner la partie devant notre champion local. Bêêêêhh !!

 

  Vanessa Vincent B Nicolas G
Champs 3 1 1
Pâturages 4 4 2
Céréales 1 -1 -1
Légumes 2 2 -1
Moutons 2 1 1
Sangliers 2 1 2
Bœufs 1 2 1
Cours inutilisées -2 -3 -4
Étables clôturées 0 0 0
Cabane en argile 3 0 0
Maison en pierre 0 8 0
Membres de la famille 15 15 15
Points des cartes 3 1 3
Points spéciaux 0 0 -24
TOTAL 34 31 -5

 

NorenbercNorenberc. À deux joueurs, ce jeu est un régal. À cinq joueurs, ce jeu est un régal. Mais un régal aux saveurs différentes, il y a six guildes alignées sur la table, beaucoup de choses à prendre en compte et faire des erreurs est encore plus pénalisant plus le nombre de joueurs est élevé.

Vincent va en faire trois pendant le premier tour de la première manche. Faire autant d'erreurs en si peu de temps lui a vite enlevé tout espoir de remonter dans la course. À un point tel qu'il va même passer au début de la quatrième manche pour nous regarder finir la partie.

François, lui, prétend l'avoir joué à l'instinct sans réfléchir outre-mesure. Avec succès, car il ne va pas commettre d'erreurs et va gagner des artisans et des blasons de manière constante. Et ses sept agents vont être utilisés de manière efficace en temporisant le plus possible afin de jouer seul à la fin des deux dernières manches.

Lors de la dernière manche, je dois trouver le moyen de récupérer des artisans de deux guildes : les Boulangers et les Imprimeurs. Je pense m'en sortir en possédant simplement le plus de marchandises des Imprimeurs, mais çe ne marchera pas et je suis donc obligé d'en recruter un qui est invité dans la guilde des Tisserands.

Les collections de blasons ne montent qu'à six pour François et moi, mais la guilde prestige n'a fait qu'alterner entre les Brasseurs et les Boulangers.

Tout le monde a apprécié le jeu et la partie a été suivie d'une longue discussion sur ce qui s'est passé et sur le jeu lui-même. Ça veut tout dire…

 

  François Laurent Vanessa Nicolas G Vincent D
Bonus des citadins 7 0 0 0 0
Majorité des artisans          
—Brasseurs 1 5 3 0 0
—Boulangers 3 0 1 5 0
—Cordonniers 1 3 5 0 0
—Imprimeurs 1 0 3 5 0
—Tailleurs 2 2 5 0 0
—Chapeliers 5 3 0 1 0
Valeur des artisans de 30+ 0 0 0 0 0
Tous les types d'artisans 5 5 5 0 0
Joueur le plus riche 0 0 0 0 5
Collection de blasons 14 14 5 9 0
TOTAL 39 32 27 20 5

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Jeu joue donc jeu suis
  • Jeu joue donc jeu suis
  • : JJDJS : comptes-rendus de parties et avis. Les découvertes ludiques d'un petit groupe de joueurs de Mons, en Belgique.
  • Contact

Recherche

Tags

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...